Kumato, mon amour

Si je vous dis Kumato? Cornue des Andes? Non, ce ne sont pas les derniers endroits du globe à la mode, mais il s’agit bel et bien de quelques-unes des nombreuses variétés de tomates existantes. Grâce au jeu d’Anne, j’ai pu aller au rendez-vous organisé par Sopexa à l’Atelier Cirelli mardi dernier, où de nombreuses bloggueuses étaient présentes. Et en apprentie bloggueuse que je suis, j’avais bien sûr oublié mon appareil photo, sinon ça n’aurait pas été drôle, pensez-vous…

A travers deux ateliers de cuisine et un quizz sur nos connaissances générales en la matière, nous avons pu apprivoiser le concombre et la tomate sous de nombreuses formes et déclinaisons. Quelques petites réflexions intéressantes me sont restées en tête : la majorité de mon groupe a admis être venu aux « bons produits » par la cuisine, et non l’inverse, de même que je ne m’imaginais pas, lors de nos échanges, que la tomate était victime de préjugés si importants en matière de culture sur pesticides. Pour ma part, en venant à l’atelier ce soir-là, je savais surtout que la tomate ne déclenchait pas en moi de déferlement d’inspiration soudaine… Et là, j’ai appris à faire des recettes toutes simples comme des granités, de la pâte de tomate, des cocktails à base de jus de tomate, des sucettes au caramel de sésame ou au gingembre (ça présente trop bien, d’ailleurs…)…

Je suis ressortie de cet atelier aux anges, ravie, avec trois kilos de tomates et autant de cadeaux.

Hier soir je me suis empressée d’utiliser mes tomates bien mûres dans une tarte aux parfums d’été, mais au vu des photos que j’ai prises hier soir, je mesure toute l’étendue des progrès que j’ai à faire en matière de photos qui donnent envie et faim! Chers lecteurs, je vous épargnerai donc pour cette fois-ci le désastre du stylisme et de la mise en scène, et je vais aussi très sérieusement songer à investir dans un appareil digne de ce nom.

Une photo de nos amies tomates, quand même, qui ont aimé faire un brin de conversation dans le jardin avant de finir dans nos assiettes respectives, à Roméo et moi :

Merci mille fois à Anne pour l’opportunité qu’elle m’a offerte, et une mention spéciale à Marie et Anne-Laure pour leur sourire et leur convivialité. Je reviens quand vous voulez!!!

Ce soir je m’attaque aux dernières tomates « côtelées », parfaites pour une farce à base de ricotta… Une photo potable à vous présenter cette fois-ci? On verra bien!

Share Button

Une réflexion au sujet de « Kumato, mon amour »

Les commentaires sont fermés.