Virée chez Tang partie I : les raviolis chinois

Raviolis avant cuisson

Voilà bien longtemps que je n’étais pas allée faire un tour chez les frères Tang. L’endroit ne m’est pas inconnu : je me souviens avec mon frère lorsque, petits, nous pouffions de rire devant les rambutans, ces sortes de « litchis à poils » que l’on trouvait vraiment très drôles. Et puis j’ai de la famille chinoise, donc j’ai également de fabuleux souvenirs de raviolis chinois que ma tante nous faisait chaque premier de l’an. Dans la famille, tout le monde était prêt à se damner pour ces petits triangles qui trempaient dans leur bouillon parfumé. Ca sentait la coriandre, la ciboule, et plein d’autres senteurs merveilleuses et exotiques qui revenaient rarement sur la table dans notre quotidien.

Lorsque je suis tombée sur une recette de ces raviolis dans le Tang Book, je savais que cela allait se finir dans le 13ème, à la recherche des précieux ingrédients. Et puis chez Tang, il faut que je vienne avec une liste précise, sinon je me retrouve à errer sans but dans un monde dans lequel je n’ai aucun repère, et je finis dépitée et bredouille. Donc samedi, armée de ma précieuse liste, me voilà partie à l’assaut du quartier chinois.

Photo de famille du shopping :

Oui, oui, je sais, la noix de coco fraîche et le fruit du dragon, ainsi que la farine de riz gluant n’ont rien à voir avec les raviolis, mais s’illustreront peut-être dans de futurs posts par ici.

Je n’ai peut-être pas suivi les étapes dans l’ordre, mais il y avait quand même deux-trois choses qui me chiffonnaient dans la recette du livre, donc j’ai sauté sur mon téléphone pour comparer mes impressions avec ma tante. Le résultat était effectivement un peu différent. Par exemple, ma tante fait son bouillon avec une vraie carcasse de poulet, moi j’ai simplifié la chose avec un cube de bouillon de poule, par manque de temps (honte sur moi…). Et elle m’a fortement conseillé de ne pas rajouter d’herbes dans la farce à base de porc (poulet dans le livre), ni de gingembre ou de champignons noirs d’ailleurs, mais plutôt des crevettes ou alors une boîte de crabe émietté. Et pas d’oeuf, à la différence du livre (désolée Tatie, j’en ai mis un… mais je crois que je n’aurais pas dû…).

Et pendant que je m’amusais en cuisine à plier consciencieusement mes petits carrés en triangles, je confiais les assiettes à photographier au chéri (je ne pouvais pas tout faire !) et même chose à la cuisson des raviolis. Il ne se débrouille pas mal non ?

En fait, même si j’ai emprunté au livre et à la recette de ma tante, le résultat n’était pas pour nous déplaire, quoique dans la prochaine version, je mettrai les fameuses crevettes dans la farce, et je pense que je me rapprocherai ainsi de la version tant adorée des premiers de l’an chez ma tante.

Raviolis chinois selon ma tante (recette que je n’ai pas tout à fait respectée à la lettre…)

Pour environ 25 raviolis

1 paquet de pâte à raviolis

1 carcasse de poulet

Farce :

500 grammes de porc, de préférence filet mignon

champignons noirs séchés

5 à 6 crevettes moyennes fraîches décortiquées ou 1 petite boîte de chair de crabe émietté

Oignons verts

sauce soja

1 oeuf légèrement battu

1 cuillère à café de maïzena

1 cuillère à café d’eau

Poivre, sel

Ciboule

Coriandre

1. Préparer le bouillon (de préférence la veille) : faire bouillir un grand volume d’eau et y plonger la carcasse de poulet, faire mijoter à petit feu environ une heure/une heure et demie.

2. Préparer la farce : dans un robot, mélanger le porc coupé en petits morceaux, la maïzena, l’eau, et ajouter de la sauce soja, du poivre et du sel selon les goûts. Mélanger à la farce les crevettes grossièrement coupées (on doit sentir les morceaux dans la farce) et les oignons coupés en petits morceaux.

3. Réhydrater les champignons noirs dans un bol d’eau très chaude, pendant vingt minutes.

4. Etaler la farce (en mettre à peine l’équivalent d’une cuillère à café) au milieu d’un carré de pâte de raviolis. Badigeonner au pinceau les bords d’oeuf battu, rabattre délicatement la pâte en forme de triangle, bien souder. Répéter l’opération jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de farce (il devrait rester quelques feuilles de pâte de raviolis).

5. Faire cuire les raviolis 3-4 minutes dans de l’eau bouillante puis 2-3 minutes dans le bouillon de poule avec les champignons.

6. Servir avec la coriandre entière et la ciboule ciselée.

Share Button

3 réflexions sur “Virée chez Tang partie I : les raviolis chinois

  1. J’aime bp les raviolis chinois !!
    par contre je ne les pré cuis pas avant comme toi , je les poche juste dans le bouillon et c’est suffisant ! Nous avions eu un cours privé à l’atelier des chefs offert par Pyrex et l’asiatique qui nous avait fait le cours nous avait montré comme ça c’est bien aussi !! Enfin, je dis ça , je dis rien !!
    Bizz

  2. Pingback: Fausse salade de boeuf et de sarrasin à la thaïe pour des envies d’ailleurs ·

  3. Pingback: Pour le Nouvel An chinois, les pao de ma tante ·

Les commentaires sont fermés.