La saga de la brioche partie I

Beaucoup de choses de la semaine écoulée ont inspiré mon weekend. Entre autres, l’arrivée en cuisine de mon magnifique robot bien sûr, mais aussi certains blogs dont la fameuse brioche vue chez Ana qui restait gravée dans ma tête… Et puis avec les contrariétés dues au boulot cette semaine, il fallait que je me défoule en cuisine, ce qui fait que j’ai cuisiné/pâtissé jusqu’à friser l’écoeurement dimanche soir, mais heureuse de mes productions culinaires du weekend.

A robot d’exception, il fallait une recette d’exception. J’avais d’abord opté pour le gâteau de savoie de Mercotte, puis, en retombant sur le Larousse des desserts de Pierre Hermé qui moisissait sur une de mes étagères, la photo de la brioche d’Ana m’est revenue à l’esprit, et je me suis demandée ce que PH racontait sur les brioches… Me voilà devant la recette de la pâte à brioche… Perplexité d’abord, il faut que PH m’explique un truc dans ses proportions : avec seulement 190 grammes de farine et 150 grammes de beurre ramolli, même avec 3 oeufs et deux ou trois autres ingrédients, je doutais fort de la formation du fameux pâton, aussi performant que soit mon robot… Et pas de lait ? Hum hum… Un coup d’oeil en-dessous de la recette pour voir que les autres versions de PH en pâte briochée (mais alors, c’est quoi la différence entre pâte à brioche et pâte briochée ?), pâte briochée feuilletée, etc. comportaient ce que je pensais trouver pour une brioche : lait et plus de farine… Qu’à cela ne tienne, je tente quand même la pâte à brioche… Au bout de quelques minutes de mouvement planétaire fort impressionnant ceci dit, je me rends effectivement bien compte que ma pâte ressemble plus à une pâte à gâteau en préparation qu’à un pâton en devenir… J’ai donc rajouté de la farine jusqu’à ce que cela ressemble à une vraie boule, mais le mystère reste entier pour moi… Erreur à l’impression ? Tour de magie façon PH auquel je n’ai rien compris ? Celui qui passe par mon blog et qui a la solution, je suis preneuse…

Ensuite la matinée s’est passée à surveiller consciencieusement les différentes levées. Il faut savoir que je suis fâchée avec les levées des brioches et des pains au levain. Je vous expliquerai mes galères de pain au levain très bientôt, mais j’avais bon espoir que le robot KA m’aiderait enfin à obtenir une brioche à la mie filante et moelleuse, et si en plus je faisais une recette de PH alors… Tel un médecin au chevet d’un grand malade, je faisais mes allers-retours entre le salon et la cuisine et informais le chéri d’un air inquiet et absorbé…

« Aïe, j’ai l’impression que ça ne lève pas… »

« Surtout ne fais pas de courant d’air dans la cuisine, il faut que la pièce reste chaude! »

« Ah si, les pâtons poussent un peu là, ça s’améliore… »

Le chéri me regardait d’un air amusé, planqué derrière son ordi, suivant les bulletins de santé de ma brioche naissante…

Et alors que je ne pariais pas beaucoup sur la tête de ma brioche au moment de la fournée, il se trouve que  madame a daigné gonfler pendant son séjour au chaud… A la sortie du four, une brioche certes très appétissante, mais j’attendais évidemment la découpe ensuite… Et en fait, même si elle reste très bonne (et meilleure qu’avec ma MAP), je reste encore dans ma quête du Graal : comment fait-on pour avoir une mie filante ? C’est le lait ? Le pétrissage ? La mie était assez moelleuse, quoique « sablée » pour le chéri, moi je l’ai trouvée encore bien trop friable…

Si quelqu’un veut bien me confier son petit secret à ce sujet, je promets de me recoller aux fourneaux pour tenter l’expérience à nouveau…

Share Button

4 réflexions au sujet de « La saga de la brioche partie I »

  1. les recettes de brioche et surtout celle à l’huile d’Argan de mon blog devraient te ravir elles sont parfaites , par contre il faut pétrir longtemps mais le KA il est fait pour !!en + iL faut aussi de la levure fraîche et le petit secret c’est que tous les éléments doivent être très froids !
    Bizzz

  2. Mercotte, ta brioche à l’huile d’argan est devenue une obsession, je m’y plonge le weekend prochain avec joie! Et j’ai bien pris note de tes petits conseils… 🙂

  3. effectivement : comme le dit mercotte il faut que tous les éléments soient bien froids ..

    merci pr ce petit clin d’oeil à mon blog dans ce post …

    j’ai moi aussi fait de nombreux essais avant de trouver LA recette qui était parfaite à mes yeux et je dois avouer qu’il m’a fallu du temps …

    je me suis rendu compte que la levure de boulanger fraiche est plus efficace que la levure sèche …
    et surtout : ajouter le beurre à la toute fin de la préparation de la brioche : c’est ça qui fait pour moi le filant de la mie !!!

    a bientot …

    PS : tu as beaucoup de chance d’avoir eu ce beau robot : moi aussi je l’ai repéré et en + cette nouvelle couleur est pile celle dont je révais … noel n’est pas si loin… en espérant que le grand barbu entende mon appel …

  4. Ping : La saga de la brioche partie III : jamais deux sans trois! ·

Les commentaires sont fermés.