Comme un dimanche de Pâques…

Printemps et jolies fleurs sont de retour… Mes jardinières me le font bien comprendre!

Et le jeu désormais rituel, c’est d’amener le pain du repas. Celui-ci était épicé à souhait (je ne me lasse pas des mélanges d’épices d’Herbaria chez Naturalia), parfumé avec le mélange Appel de l’oasis qui évoquait les accents du Maroc et de la Méditerranée. Pour renforcer son petit côté oriental, j’ai fait le pain à base de farine T65 et de semoule fine de blé dur (pour la méthode, c’est sensiblement la même que pour le pain précédent). Une réussite : un dépaysement total.

Et le petit défi du jour, c’était de relever le « pffff » de ma mère quand on a évoqué ce qu’elle allait faire en dessert pour Pâques. Comment ça, « pffff », pour le dessert? Foi de Grumeau, il fallait remettre de l’ordre dans tout ça! Quand je lui ai montré le lien de la recette de la sublime tarte fraises-pistaches chez Pascale, j’ai donc également acquis le titre de « fournisseur officiel du dessert de Pâques ».

Bon, au final, cette tarte fut engloutie en moins de temps qu’il ne faut pour le dire (que dis-je… gobée!). La petite erreur du Grumeau a été de laisser le papier sulfurisé sous le sablé breton (l’absence de cercle pour le faire cuire m’a fortement perturbée : c’est pas grave! On apprend tous les jours en cuisinant!) ce qui fait qu’au moment de servir, la tarte s’est retrouvée imprésentable dans l’assiette… grosse frustration… mais si j’en crois le rythme frénétique des cuillères dans les assiettes, cela n’a pas dérangé le moins du monde!

Share Button

2 réflexions au sujet de « Comme un dimanche de Pâques… »

Les commentaires sont fermés.