Les Gouttes de Dieu : quand le manga se met au vin…

En ce moment mes sacs d’été sont plein de petites choses merveilleuses. Parmi elles, des mangas. Pas n’importe lesquels, il fallait que ça parle vin quand même… Et ces tomes ont le petit goût délicieux de ceux que je dévorais sur les bancs de Sciences Po il y a quelques années : à l’époque mes amis m’avaient initiée à Hunter X Hunter, d’un tout autre genre certes, mais il fallait bien quelques pages avant de tenir pour une session de deux heures en droit administratif sur les bancs de l’amphi…

Je croyais donc faire mon intéressante en ramenant ma dernière découverte au pique-nique mais force est de constater que, dans le petit cercle oenophile, j’ai quelques trains de retard en la matière.  Chez Jeudivin, j’ai compté même quelques fans de la saga dans les rangs! Ce n’est pas grave, il faut quand même que je vous parle de ce coup de coeur. C’est donc au grand débutant comme moi à qui je m’adresse dans ce billet, celui qui hésite encore à franchir le pas de la dégustation des vins parce qu’il la trouve trop intellectuelle, trop guindée voire trop élitiste.

C’est par l’intermédiaire du blog de Miss GlouGlou que j’ai appris qu’il existait une série de mangas autour du vin : Les Gouttes de Dieu. Si le titre m’a un peu rebutée sur l’évocation religieuse, le genre m’a en tout cas enchantée. Et puis j’étais aussi curieuse de voir comment des japonais pouvaient parler des vins, français surtout, mais pas seulement. Et ils en parlent plutôt très bien et de façon captivante!

L’intrigue : le père de Shizuku, célèbre oenologue, décède. En ultime clin d’oeil, il consigne sur son testament en forme de jeu de pistes 12 vins – les 12 apôtres – qui l’ont marqué au cours de sa vie. Les douze vins mèneront celui qui saura les démasquer au vin sacré, les gouttes de Dieu. Shizuku devra relever le défi… On sort vraiment des sentiers battus en termes de vocabulaire de dégustation! Les images sont fortes, s’appuyant parfois sur des toiles de maîtres, tantôt poétiques, érotiques ou vraiment dures, cette série ne peut laisser indifférent pour qui éprouve un minimum d’intérêt pour le vin. Mon seul regret : que la lecture de ces mangas ne s’accompagne pas d’une dégustation en réel à chaque évocation d’un vin dans ces pages, ce serait tellement plus parlant! (et j’aurais l’impression de progresser cent fois plus vite!)

C’est simple : une fois embarquée, j’éprouve un plaisir si intense à lire les aventures de Shizuku  que j’en oublierais presque les stations de métro. A déguster sans modération – pour une fois! – tout l’été!

Share Button

5 réflexions au sujet de « Les Gouttes de Dieu : quand le manga se met au vin… »

  1. Merci pour cette découverte ! C’est vrai que l’association mangas-vins semble étonnante au premier abord, mais ta description me rend curieuse !
    A découvrir donc.
    Bonne journée.

  2. Bonjour, je viens de découvrir ton blog grâce à Emmanuel que tu as rencontré à une dégustation si j’ai tout compris… C’est vrai que ces mangas sont très bien faits, très pédagogique et on apprend sans s’en rendre compte !
    Difficile cependant de le lire avec le même vin à la main : les vins dégustés nous font rêver mais sont malheureusement inaccessibles !
    Bonne lecture et bonne dégustation.

  3. Ping : Le Spring, mon restaurant coup de coeur à Paris ·

  4. Ping : Zoom sur le kimchi et la pasta de Benjamin Darnaud ·

  5. Ping : Bibliothèque pour l’oenophile débutant #4 : Châteaux Bordeaux ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*