Gelée de groseilles cuvée été 2010 spéciale nature après l’orage

pot_gelee_groseillesMercredi s’annonçait sous les meilleurs auspices, avec un grand soleil vers 8 heures le matin. Un temps parfait pour aller faire une petite tournée dans les champs de la ferme de Viltain, qui a quand même le grand mérite d’être ouverte un 14 juillet.

Groseilles Viltain

Malheureusement pour ma belle-soeur et moi, le temps s’est franchement gâté en route, et cueillir les groseilles entre les gouttes a été pour le moins épique! Le temps n’a pas gâté mon humeur pour autant (je me souviendrai notamment d’un fou rire mémorable entre les rangées de groseilliers : une histoire de limaces un peu envahissantes…) et c’est non sans un sentiment de fierté – et dans un état lamentable – que nous avons contemplé notre récolte de petites perles couleur rubis.

La récolte dans les champs de Viltain fut bonne !

L’après-midi s’est écoulé joyeusement, entre éraflage des précieuses baies et recherches sur la manière de réaliser la gelée de groseille de manière optimale. Si j’ai retenu la version crue de Mamina – que je compte bien essayer sous peu -, c’est la recette de Christine Ferber que j’ai choisie pour ma première fois. Toujours autour de la groseille, saviez-vous aussi que A la Lorraine propose à Bar-le-Duc une confiture de groseilles d’exception? Chaque baie est épépinée manuellement… à la plume d’oie! Je n’ose même pas imaginer la minutie du geste. Un vrai travail de titan, mais il paraît que cette confiture a rencontré ses amateurs : Marie Stuart et Alfred Hitchcock en étaient fous.

gelee_groseilles

Ma gelée de groseilles, qui a l’avantage de se passer de plume d’oie puisqu’on ne garde que le jus, est née un après-midi après l’orage, et a gardé quelque part le goût des gouttes de pluie. Enfin, c’est ce que je me plais à croire…

Fraisier dans ma jardinière après l’ondée

Gelée de groseilles (d’après une recette de Christine Ferber)

Pour 1 grand pot et deux petits

770g de groseilles sans les rafles (j’ai oublié de peser avant de les érafler, mais quelques rafles en plus, ça ne pèse pas beaucoup plus : disons 800 à 850g de groseilles en grappes)

10 cl d’eau

400g de sucre

1. Rincer les groseilles à l’eau froide avant de les érafler puis érafler les groseilles (les rafles donnent un goût aigre à la cuisson).

2. Dans une grande casserole, mettre les groseilles et l’eau et porter à ébullition le temps que les groseilles éclatent (ça va vite, pas plus de dix minutes).

3. Dans une passoire au-dessus d’un saladier, égoutter le tout en pressant légèrement sur le dessus à l’aide d’une écumoire afin de bien récupérer tout le jus. Remettre le jus dans une casserole (j’ai obtenu 400 ml de jus) et ajouter le même poids en sucre. Faire cuire à gros bouillons pendant dix minutes environ, puis mettre en pots stérilisés immédiatement en les retournant.

Share Button

7 réflexions sur “Gelée de groseilles cuvée été 2010 spéciale nature après l’orage

  1. Tu sais que mercredi après-midi, j’ai bien failli te demander si tu avais prévu un truc à plume ? Je me souvenais de cette particularité de la plume d’oie…
    Et tu parles « d’ondée » ? J’ai plutôt cru voir un gros vilain méchant orage bien tonnant, non ?!
    Malgré tout cela, elle m’a l’air fort réussie cette gelée de pluie cuvée 2010 !

  2. Dégustation accomplie ce samedi matin : la gelée est délicieuse !!
    Elle est nature comme j’aime.
    La groseille s’exprime naturellement entre le sucré et l’acidulé. J’adore !
    Le goût de l’orage reste subtil 😉
    Encore merci pour ce petit pot.
    Et bon week-end !
    Bisous

  3. Pingback: Confiture mirabelles-bergamote : quand le mauvais temps et Twitter s’unissent pour faire naître les bonnes idées ·

  4. Pingback: Gelée de cassis cuvée 2011 ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire