La petite obsession du chiffon (cake) #1 : chiffon cake au kinako

Une petite lubie qui a commencé à s’enraciner profondément dans un coin de mon cerveau le jour où j’ai acheté mon premier Saveurs (février 2008) et où une photographie de gâteau assez haut et tout blanc s’est imprimée sur ma rétine pour de bon. Le gâteau des anges, réalisé avec seulement des blancs d’oeufs et dans un moule à chiffon cake, ne m’a jamais vraiment quittée depuis.

C’est au fil de mes cours suivis à la Maison de la Culture du Japon à Paris que mon obsession pour le chiffon cake a été régulièrement titillée. J’ai accumulé pas mal de recettes, admiré d’autres sur des blogs. Je me suis enfin promis que le jour où je mettrais la main sur ce fichu moule, j’allais presque ouvrir une rubrique entière sur le blog tellement j’aime le côté mousseux de ce gâteau. C’est un peu « le gâteau qui rêvait d’être un nuage » qui me rappelle un certain yaourt d’ailleurs.

Et pour inaugurer cette saga (et trouver ma recette préférée entre toutes), je commence par celui au kinako. Mais koikesse encore, cet ingrédient bizarre? C’est de la poudre de soja torréfiée, ça ne ressemble à rien si j’essaie de le comparer à quelque chose que je connais, (certains lui trouvent un goût proche de la cacahuète, je trouve que c’est un peu réducteur) et c’est surtout très bon.

Le démoulage fut aisé pour ce premier test car j’ai eu la chance de me faire ramener quelques exemplaires de ce moule jetable, directement du Japon. En sortant le chiffon cake du four – si le moule le permet – il est souhaitable de le renverser en attendant qu’il refroidisse (dans le cas présent, sur un goulot de bouteille). Cette étape permettra au gâteau de ne pas s’effondrer sur lui-même en refroidissant. Je me soupçonne d’avoir été un peu trop impatiente, et le chiffon cake s’est légèrement affaissé au démoulage (ce qui explique le petit carton que j’ai mis en son centre le temps de la photo).  J’aime énormément la forme de ce gâteau d’ailleurs : un cercle impeccable, des angles bien droits, nets, propres, un côté très géométrique et en même temps très doux. Le chiffon cake me rendrait presque zen.

A la découpe, il ressemble un peu au gâteau de Savoie, mais en plus moelleux à mon avis. Et puis non : vous ne le découperez pas, en fait. Vous en détacherez minutieusement, de peur de le casser, de petits bouts, façon Barbapapa, dont vous vous délecterez avec les doigts. Pour un gâteau-éponge de la sorte, point n’est besoin de l’austère compagnie de Mademoiselle Petite Cuillère. Addictif d’un bout à l’autre : on parie que vous y reviendrez?

Chiffon cake au kinako

Pour un moule de 18 cm de diamètre

90g de farine

130g de sucre

6 blancs d’oeufs

6 jaunes d’oeufs

20g de kinako

8 cl d’huile neutre (type tournesol)

12 cl de lait

2 cl de Cointreau (ici remplacé par du rhum)

1. Tamiser la farine et la poudre de soja. Préchauffer le four à 175°C.

2. Monter les blancs d’oeufs en neige avec la moitié de sucre.

3. Battre les jaunes d’oeufs avec le reste de sucre jusqu’à ce que le mélange double de volume. Y ajouter l’huile, puis le lait, mélanger. Ajouter la farine et le kinako et mélanger avec le fouet.

4. Incorporer les blancs en neige en trois fois et verser l’appareil dans le moule. Enfourner pour 40-45 minutes. A la sortie du four, retourner le moule à l’aide d’un goulot de bouteille et laisser refroidir complètement. Le cake se décolle tout seul. A servir avec une petite chantilly au kinako par exemple!

Share Button

7 réflexions sur “La petite obsession du chiffon (cake) #1 : chiffon cake au kinako

  1. Divin, aérien… Je l’ai effectivement mangé avec les doigts et en deux temps trois mouvements, il n’y en avait plus. A quand le prochain ?

  2. Pingback: Chiffon cake #2 : chiffon cake aux deux citrons et Earl Grey ·

  3. Le cake a l’air super.
    Je viens de le faire, mais comme je n’avais pas le moule adapté, je l’ai fait cuire dans un moule à manqué.
    Je l’ai retourné à la fin de la cuisson sur un autre moule, en me disant que s’il se décollait il tomberait dedans ^^
    Il s’est décollé tout de suite.
    D’où ma question : comment fais-tu en le retournant sur un goulot de bouteille, pour ne pas que le gâteau tombe ?
    Merci =)

  4. … et du coup, comme il s’est démoulé tout de suite, ben il s’est éffrondré sur lui-même.
    En fait j’aurais pas du beurrer le moule au moins ^^

    • Bonjour Emma! Je pense que c’est à cause du beurre : c’est vrai qu’on serait tenté de beurrer le moule, et que sans le beurrer, le gâteau tient très bien au moule en refroidissant, il faut passer ensuite un petit couteau pour le décoller et ça passe tout seul! Tiens-moi au courant si tu le retentes!

  5. Pingback: Chiffon cake #3 : le gâteau des anges ou Angel’s cake ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire