Les goûters chics parisiens #9 : chez Jacques Génin

Chez Jacques Génin, un millefeuille au feuilletage doux comme de la soie

Est-ce l’automne qui nous fait de nouveau réfléchir Pascale et moi en mode « chocolat » d’abord ? Le salon de thé de Jacques Génin s’est cette fois-ci imposé à nous pour ce neuvième goûter. Connu d’abord pour ses chocolats, Jacques Génin s’est aussi taillé une solide réputation sur son millefeuille, que j’avais très hâte de goûter.

Le salon-boutique rue de Turenne ne ressemble à rien de ce que nous avons eu l’occasion de tester depuis février avec Pascale : un parquet cosy tapisse élégamment l’espace, deux espaces (pâtisseries et chocolats d’un côté, caramels et pâtes de fruits de l’autre) rythment et divisent le ballet incessant des clients gourmands et connaisseurs. Au fond, des banquettes et fauteuils douillets nous attendent, malgré une petite demi-heure d’attente ce samedi-là, à 15h30 – la rançon du succès ! En haut de l’escalier en colimaçon, on devine l’effervescence dans le « laboratoire » du maître de maison et je m’amuse à observer le ballet des pâtisseries qui naissent là-haut pour arriver à nous, telles des anges. La salle est belle, et de ce lieu se dégage une vraie âme. Les pierres apparentes, les poutres métalliques : Jacques Génin a su mettre en valeur les éléments d’origine de ce lieu en y apportant une touche raffinée et intime à la fois. Moderne, mais pas trop. Elégant, sans être figé. Bel équilibre, que nous retrouverons plus tard à la dégustation des pâtisseries.

Si le personnel semble débordé ce jour-là, la volonté de faire plaisir et la générosité dans le salon sont réelles. Pascale et moi sommes ravies de décortiquer la carte : ce sera donc un millefeuille au praliné « monté à la commande » et une tarte au citron, accompagnés de thés (finalement, le chocolat chaud peut encore attendre un mois !).

Autant le dire tout de suite : oubliez tous les millefeuilles que vous avez eu l’occasion de déguster jusqu’à présent. Jacques Génin bouscule les codes : le feuilletage me fait l’effet de carrés de soie que l’on aurait empilés et qui fondent les uns après les autres sous la langue, dans un craquement délicieux. Fondant et craquant oui, je n’ai toujours pas bien compris la magie de cette réalisation. Mais j’ai bien peur qu’après avoir dégusté celui-là, mon niveau d’exigence en la matière augmente de façon drastique.

La tarte au citron, fine et élégante, se laisse déguster sans sourciller. Impertinence du zeste de citron vert sur un classique maîtrisé de bout en bout.  Plaisir garanti. Un gros regret de ne pas avoir pu goûter à la tarte citron-basilic, qui m’aurait à coup sûr tapé dans les papilles, j’en suis persuadée.

La jolie surprise qui arrive à table avec les pâtisseries, ce sont ces quatre petits carrés de chocolat à l’air séducteur.

Nature, orange, tonka ou café : craquez pour votre chocolat coup de coeur !

Impossible, après les avoir goûtés, de repartir sans une boîte pour soi ou pour offrir. J’ai opté pour la seconde solution.

Le prix de ce goûter ? Une quinzaine d’euros pour un thé et une pâtisserie, un peu plus évidemment si, comme Pascale et moi, vous repartez avec quelques douceurs sous le bras. Ses impressions sur l’endroit, c’est ici !

En sortant de cette pause-douceur, pour les amateurs de cuisine et de design, se trouve non loin de là une boutique où il sera difficile de ne pas craquer, mais ceci est une autre histoire !

Salon de thé Jacques Génin
133 Rue de Turenne
75003 Paris
Tél. : 01 45 77 29 01
Share Button

3 réflexions sur “Les goûters chics parisiens #9 : chez Jacques Génin

  1. C’est drôle que nous ayons toutes les deux écrit que les clientes sont connaisseuses car nous n’avions pas du tout partagé cette impression lors du gouter. Vivement le prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire