Les blogueurs culinaires et le vin #6 : Dorian

Dorian prêt pour une démo au Salon du Blog Culinaire de Soissons

Si vous avez manqué les épisodes précédents, voir ici.

Ce petit tour d’horizon manquait d’un point de vue masculin, vous ne trouvez pas ? Voilà l’erreur réparée. Dorian, ah ! Dorian ! Un gourmet gourmand (ou gourmand gourmet) qui nous régale aussi de la finesse de sa plume et que j’ai rencontré lors d’un défi culinaire au Palais de Tokyo. J’ai salivé devant ses raviolis ce weekend au Salon du Blog Culinaire de Soissons comme devant son cheesecake posté sur son blog à peine rentré. Oh, et si vous ne connaissez pas encore les whoopies, laissez-le vous convaincre et vous ne serez pas déçu !

Des souvenirs oenophiles, nous en avons partagé également au pavillon Dauphine l’année dernière. A propos du vin justement, Dorian a écrit dans le questionnaire ci-dessous cette phrase lumineuse qui a fait tilt dans ma tête : « Mon seul plaisir ne me suffit pas quand je bois du vin, j’aime bien voir l’œil ému de l’autre, ça m’aide à aimer un verre ou une bouteille. » Il a résumé en quelques mots ce que j’essaie d’expliquer souvent avec peine : que le vin est avant tout une histoire de plaisir partagé, qu’il ne faut pas avoir peur de trouver son cercle d’amis avec lequel on se sent à l’aise pour échanger ses impressions à propos d’une bouteille. Je vous laisse découvrir ses réponses pleines de charme et d’humour : un caviste attentionné, un champagne qui ferait presque perdre le sens de la mesure, une prédilection certaine pour des accords mets-vins locaux… On a vite faim et soif avec Dorian !

1/ A partir de quand as-tu commencé à t’intéresser au vin et en quelle occasion ?

J’ai d’abord commencé par fréquenter beaucoup de mauvais vins, des vins pour ado qui s’ennuient et j’aurais peut-être pu en rester là. Et puis, je l’ai d’ailleurs déjà raconté quelque part… Mes premiers vrais intérêts pour le vin datent d’une rencontre avec un caviste du côté de Boulogne-Billancourt, un caviste qui s’est vite rendu compte que je n’y connaissais rien de rien et qui a pris le temps de me choisir des bouteilles et surtout de me les raconter ! Le vin sans l’histoire qui va avec ça m’intéresse quand même beaucoup beaucoup moins.

2/ Es-tu plutôt blanc, rouge, rosé ou bulles ?

Je suis rouge depuis très longtemps avec quelques faiblesses pour le blanc, je ne résiste jamais à une bouteille de Chablis… Le rosé, nous ne nous sommes jamais trouvé et les bulles je me découvre une nouvelle passion pour le champagne, c’est très récent ! Je dois ça à une bouteille de la maison André Beaufort, un pur moment de découverte pendant lequel j’en aurais presque perdu la modération… presque !

3/ Ta plus belle émotion autour du vin… pourrais-tu nous en parler ?

Je ne bois pas seul alors mes émotions sont toujours autour du partage d’une bouteille. Mon seul plaisir ne me suffit pas quand je bois du vin, j’aime bien voir l’œil ému de l’autre, ça m’aide à aimer un verre ou une bouteille. Alors mes plus belles émotions ont souvent été celles des autres, la petite lumière partagée avec quelques-uns, sans que je puisse vraiment citer un de ces moments… Et puis d’abord ça ne se partage pas, ce sont des souvenirs entre buveurs ,-) !

4/ Quel est l’accord mets-vins le plus réussi que tu as pu réaliser ou tester à ce jour ?

Je n’ai pas vraiment le souvenir d’une réussite en particulier mais plus d’accord que je dirais culturels… Le souvenir de vins espagnols puissants et généreux bus en même qu’un cocido, le vrai plat national espagnol. Et beaucoup d’autres comme ça avec des vins portugais et quelques plats de morue ou même plus lointain, un argentin qui avait fait merveille avec une viande grillée… forcément ! Je crois que j’aime bien boire culturel…

5/ Y a-t-il une bouteille que tu recommanderais sans hésitation à tes proches ?

Un vin bordelais même si je me rends compte que mes goûts changent avec le temps… plus ça va plus je m’éloigne des vins à fort caractère, un jour je me demande si j’arriverai encore à boire du Saint-Estèphe… Alors que pendant longtemps j’aurai bien tué ma belle-mère pour une bouteille de par là-bas !  Un vin bordelais donc généreux et compliqué comme je les aime aussi quand même, le 1901 château Beauséjour, un vin un peu cher mais tellement bon.

Share Button

2 réflexions au sujet de « Les blogueurs culinaires et le vin #6 : Dorian »

  1. Je constate que nous avons, avec Dorian, la même manière d’envisager la dégustation 😉
    Un grand plaisir que de découvrir son témoignage ! Du petit lait comme d’hab, même si ce n’est pas de ça dont il est question ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*