Les goûters chics parisiens #11 : Le Bristol. Et si vous veniez avec nous pour le 12ème goûter chic parisien ?

Un petit résumé (sur une carte, s’il-vous-plaît !) de nos escapades ici :

Afficher Les goûters chics parisiens sur une carte plus grande

Le chariot des pâtisseries au Bristol - Noël 2011

C’est bientôt Noël au moment du test de notre onzième goûter chic avec Pascale. Nous décidons de tenter une seconde fois l’expérience « palace » après le Meurice. Le Bristol nous avait d’ailleurs été chaleureusement recommandé par Danielle qui avait participé à ce précédent goûter. Et Laurent Jeannin, chef pâtissier du Bristol, ayant reçu en septembre dernier le titre de « Chef pâtissier de l’année » par le magazine « Le Chef », nous avons voulu voir de plus près de quoi il en retournait exactement.

L’enchantement commence lors de la réservation au téléphone. D’une politesse exquise – et toute londonienne je dirais, charmée que je suis par le savoir-vivre de ces Anglais depuis mon récent weekend à Londres -, mon interlocutrice se charge de nous réserver une belle table pour notre quatre-heures. Je suis déjà conquise.

L'entrée du Bristol

Le Bristol ensuite, quelques heures après. C’est dans cette partie de la rue du faubourg Saint-Honoré plus monopolisée par les galeristes et l’Elysée – je lui préfère la seconde moitié de la rue, moins impressionnante et il y a d’autres goûters chics aussi par là-bas en plus ! – que se situe donc notre nouveau rendez-vous. Paré de ses plus beaux atours en cette période pré-festive, il en impose, il est irrésistiblement chic rien que de l’extérieur et j’ai très envie de me mettre au chaud à l’abri de ses murs. Il faut pousser les lourds battants dorés, se glisser vers le fond à droite, au bar, pour enfin profiter d’une pause bien méritée. Incroyablement chic : l’impression perdure une fois assise confortablement aux côtés de Pascale. Tellement chic que nous mettrons d’ailleurs quelques minutes avant de nous mettre vraiment à l’aise. C’est aussi un des aspects que j’aime dans nos goûters : s’offrir un moment de petit luxe que nous ne ferions pas tous les jours, le moment est d’autant plus rare et précieux.

La clientèle ? Très hétéroclite. Le bar du Bristol semble être un lieu de passage, un point de rencontres pour des gens dont les objectifs sont variés : un entretien d’embauche se déroule dans mon dos (pauvre candidat qui doit avoir des sueurs froides, tandis que je suis paisiblement installée à quelques mètres de lui !), un couple dans un jeu de séduction dans le dos de Pascale, plus loin, une vieille dame avec son Westie…

Après quelques hésitations, nous optons chacune pour la formule « thé & pâtisserie » à 25 € (deux pâtisseries au choix dans la formule, et possibilité de prendre le chocolat chaud du Bristol dans cette formule, comme l’a fait Pascale). Nous avons gagné le droit de nous approcher du fameux chariot à pâtisseries, c’est un régal pour les yeux et les sens et pendant un instant, je perds le fil de la description de toutes ces douceurs…

Ce sera donc un cake chocolat-pistache (comment résister à cette maîtrise si esthétique des couches du cake ?) et une madeleine pour Pascale, et un cake au citron et un mi-cuit pour moi. C’est souvent à l’aune des classiques que l’on mesure tout le savoir-faire d’un chef. En l’occurrence, le cake au citron suscite d’emblée notre adhésion à toutes les deux : moelleux, fin, justement dosé en citron, et le glaçage au citron sur le dessus du cake n’est pas en trop et ajoute au raffinement de l’ensemble. L’un des meilleurs (un cran au-dessus de celui dégusté chez Carrette selon moi), si ce n’est le meilleur cake au citron jamais dégusté sur Paris.

Le mi-cuit apparaît du coup plus terne à côté de tant d’éclat mais se laisse apprivoiser à coups de fourchette bien décidés malgré tout.

Passons à l’assiette de Pascale. Son obsession du moment pour les madeleines a encore frappé et celle du Bristol met tout le monde d’accord : elle est délicieuse.

La madeleine du Bristol

Recouverte du même glaçage au citron que le cake précédemment dégusté, elle laisse un je-ne-sais-quoi en bouche, quelquechose entre le fumé et l’amer, à peine perceptible, très agréable, et qui a tôt fait de piquer notre curiosité. Renseignement pris auprès du personnel, il semblerait que ce soit dû au miel de sapin, à moins que le petit secret de la madeleine ne garde tout son mystère pour les visiteurs de passage (déjà qu’on a percé celui de la madeleine de chez Saturne mais chuuuut…).

Le cake chocolat-pistache, royal au milieu du chariot des pâtisseries du Bristol

Le cake chocolat-pistache tient toutes ses promesses et le glaçage au chocolat, là aussi, s’harmonise parfaitement au reste de la tranche.

Quant au chocolat chaud… même si je n’y ai pas goûté (ma préférence est allée pour un thé vert japonais, on ne se refait pas !), les photos suivantes sont assez éloquentes pour illustrer le côté moelleux, presque sirupeux du doux breuvage – j’adore observer la façon dont un chocolat chaud est versé dans la tasse et comment le son témoigne de la densité du liquide.

Le chocolat chaud du Bristol

B comme... ?

Si votre chocolat avait l’indélicatesse de ne pas vous attendre et de refroidir trop vite, n’hésitez pas à demander au personnel, aux petits soins, de vous le faire réchauffer.

Un goût de Noël avant l’heure, ce goûter, en fait… Je vous invite à lire le billet de Pascale ici !

A noter pour les fans de mode qu’il existe aussi au Bristol une formule de « Thés à la mode » le samedi : pour 55 € et moyennant réservation, vous pourrez déguster un thé complet au milieu d’un défilé de mode au sein du bar de l’hôtel (le 3 décembre dernier les créations de Stella McCartney étaient à l’honneur).

Hôtel Le Bristol Paris
112 rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Tél. : +33 1 53 43 43 00
Site internet : http://www.lebristolparis.com/#/hotel-de-luxe-5-etoiles-paris

Et si vous veniez avec nous pour le 12ème goûter chic parisien ?

Pascale et moi avons pris énormément de plaisir à compiler ces quatre-heures et à vous les faire partager. Nous avons donc décidé de prolonger un peu les festivités en vous proposant de vous inviter à notre douzième – et dernier de l’année – goûter chic. Une place à gagner chez Pascale et une ici. On aimerait bien savoir quel goûter vous avez préféré lire et qui vous a fait le plus envie. Il vous suffit donc de laisser un commentaire sur ce billet, en nous faisant part de votre préférence, et nous procèderons à un tirage au sort dans une semaine pour les deux gagnants du goûter de janvier ! Pascale et moi choisirons un nouvel endroit pour ce 12ème goûter chic. Votre seul impératif : être disponible le samedi 14 janvier vers 15 h 30 à l’adresse de notre choix à Paris.

Share Button

11 réflexions au sujet de « Les goûters chics parisiens #11 : Le Bristol. Et si vous veniez avec nous pour le 12ème goûter chic parisien ? »

  1. Je me serais bien mise sur les rangs. mais je pars 3 jours avant et ne rentre que tard le 13 à Paris. Trop difficile pour le 14 pour moi si j’avais eu la chance d’être tirée au sort.
    Très bonne fin d’année à toi.
    Bises.

  2. J’adorerais participer à un gouter en votre compagnie. Pour l’instant, mon préferé a été celui de la patisserie des reves avec son paris brest qui m’a longtemps fait revé.

  3. c’est votre dernier goûter au bristol qui m’a le plus donné envie de partager votre prochaine découverte .
    J’ai adoré l’ambiance que vous avez si bien décrite avec soin

  4. Quel plaisir de suivre chaque épisode de vos gouters parisiens!
    Je vote pour le millefeuille praliné de Jacques Génin que je compte bien faire découvrir à mon mari au plus vite.
    Merci pour cette excellente idée de concours et à bientôt j’espère 😉

  5. Ce serait un plaisir de vous accompagner toutes les deux pour un goûter chic! J’avoue avoir un faible pour Toraya, même si le choix a été difficile…les beaux wagashi et la saveur du matcha me renvoient immédiatement au Japon 🙂

  6. Ping : Goûters chics parisiens : résultat du concours ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*