Les Vendredis du Vin #42 : le vin, cet élixir universel qui nous fait voyager jusqu’à Bali

Bali mon amour

Guillaume nous a proposé un fort joli thème ce mois-ci pour les Vendredis du Vin : celui du vin et des voyages. Celui qu’on a peut-être découvert au détour d’un de nos séjours, l’élixir local qu’on s’est aventuré à découvrir, celui qui n’a jamais été aussi bon que là-bas.

Aga Red, Hatten Wines

J’ai tout de suite repensé à mon voyage à Bali l’année dernière. Autant le dire tout de suite : avec ce climat tropical, j’étais bien loin de soupçonner l’existence d’un tel vin. Et au détour d’une visite, je l’ai croisé, entre deux étagères, cet Aga Red. Rendez-vous compte : l’émotion était telle de me retrouver devant une étrangeté pareille que les photos que j’en ai faites restent un peu floues. Les jours suivants, en y prêtant un peu plus attention, je les ai pourtant vues, ces vignes étranges, ficelées à la façon d’une pergola. En m’intéressant de plus près au site des Hatten Wines, j’y ai appris que les vignes de cette façon protégeaient le raisin de la morsure du soleil et permettaient aux gens qui travaillaient dans la vigne de s’abriter également. Le cépage ? Du Alphonse-Lavallée. Assez inconnu à mes oreilles pour me réjouir encore plus de la découverte de ce vin. Et – le saviez-vous ? – les températures et le climat de l’île font que les vignes produisent continuellement tous les 120 jours, contre notre récolte annuelle en France. Tant de paramètres différents et pourtant un produit final commun, même à des milliers de kilomètres de là. Dans le verre, cela donnait plutôt ça :

Et le goût de ce vin ? Rien qui n’ait marqué mes papilles, mais le goût inimitable de ces souvenirs de vacances, de cet exotisme qu’on ne peut reproduire en ramenant la bouteille chez soi. Toute excitée par ma découverte, j’ai voulu tester toute la gamme des Hatten Wines. Quelques jours plus tard au restaurant, ce vin pétillant rosé, le Jepun, m’a lui aussi laissé un souvenir impérissable car dégusté devant un magnifique tableau vivant de fleurs de lotus s’épanouissant dans les lumières de la nuit.

C’est peut-être cela le vin de voyage : le seul souvenir qu’on n’arrivera pas vraiment à remettre en mot ou en photo, aussi évanescent et fragile que les conditions de dégustation qui nous ont charmés sur le moment, et qui s’évaporent une fois rentrés au bercail. Le vin de Bali restera pour moi un moment serein, empreint de méditation, un instant de flottement loin de tout. Celui qui aura, tout à la fois, le goût des rizières, de l’encens, de toutes ces fleurs plus colorées les unes que les autres, celui du vent dans les parasols et de cette population très fervente ; bref : de toutes ces inspirations nouvelles et riches que j’ai pu engrangées en dix jours.

Difficile, forcément, de rapporter les bouddhas et les temples avec la bouteille en rentrant. Mais c’est avec un plaisir non dissimulé, par ces quelques lignes, que je partage cette émotion avec vous !

Share Button

3 thoughts on “Les Vendredis du Vin #42 : le vin, cet élixir universel qui nous fait voyager jusqu’à Bali

  1. Pingback: Les Vendredis du Vin #42 : le vin, cet élixir universel qui nous fait voyager jusqu'à Bali | Vendredis du Vin | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>