Glace rhum-raisins, une glace gorgée de soleil

Glace rhum raisins, si parfumée

La découverte de certains produits est parfois un heureux concours de circonstances. Quelques jours avant de faire connaissance avec divers rhums à la Rhumerie du boulevard Saint-Germain, mes amis sont revenus de Martinique avec quelques douceurs alcoolisées dans leurs bagages. Les températures de ce début de mois sont déjà sans doute loin dans nos mémoires, mais j’ai encore un souvenir impérissable de ce rhum Clément canne bleue 2010, si chaud, si envoûtant, si réconfortant quand il fait -10°C hors de la maison.

Voyage aux pays du rhum, de Gilles Laurendon

L’occasion aussi de voyager par procuration, d’imaginer que mes amis me rapportaient un petit bout de leurs magnifiques vacances au soleil, en patientant pour les miennes ! De voyage, il en est forcément question avec le rhum. Et c’est grâce au superbe livre de Gilles Laurendon que j’ai appris beaucoup de choses sur l’histoire du rhum, sa géographie, et sa fabrication. Saviez-vous que le Guatemala par exemple produit des rhums d’une complexité aromatique étonnante ? Ce fut le cas de ce rhum guatemaltèque Zacapa dégusté à la Rhumerie, d’une incroyable gourmandise. Les pirates et leur sang-gris, le levain (oui, dans le rhum aussi !) et le maître de colonnes, le rhum vieux et le rhum agricole sont autant de notions auxquelles je me suis familiarisée à la lecture de ces pages, et c’est un livre que je reviendrai feuilleter pour étoffer mes connaissances sur l’univers de ce spiritueux.

Pour célébrer tous ces arômes et cette irrésistible invitation au voyage, j’ai donc eu très envie de me coller à un souvenir pas forcément si agréable de mon enfance (souvenez-vous, je vous l’avais évoqué très brièvement dans ces lignes) : cette fameuse glace rhum-raisins dont les adultes autour de la table étaient forcément très friands. Les enfants que nous étions… beaucoup moins. Mais avec les rhums que je venais de découvrir, j’étais pleine d’espoir sur le résultat que je pouvais obtenir. En tout cas, pas besoin d’attendre les grandes chaleurs pour prétexter une nouvelle sortie de la turbine à glace !

Je vous propose donc ici une glace parfumée, généreuse, qui fleure bon les îles entre le rhum et la vanille, enfin les îles telles que je me les imagine. J’ai eu envie de raisins secs macérés au moins 24h, sans précipitation, dans un rhum parfumé. Une seule règle importante à retenir : ne pas lésiner sur la qualité du rhum employé, c’est en effet lui qui donnera tout le corps à la glace. Je suis repartie de cette texture de glace qui m’avait tant plu : une base de crème anglaise rendue plus onctueuse par l’ajout de crème liquide. Du miel, oui, mais comme nous étions sur une glace de caractère, j’ai fait mes fonds de placards et mélangé le miel de carotte du rucher de Chamarande (Gwenaëlle, il faut que je te fasse une nouvelle commande !) et un excellent miel de lavande que j’avais trouvé à la ferme de Viltain. De cette façon, votre base de glace (qui n’aura ni le goût de lavande, ni le goût de carotte, je vous rassure) soutiendra sans problème le contraste avec les raisins au rhum.

Si vous pouvez attendre 24h après la réalisation de la glace avant la dégustation, je vous le conseille. Le rhum diffuse ses arômes et la glace s’en trouvera d’autant bonifiée.

Ndlr : Le rhum se prête aussi extraordinairement bien aux cocktails alors voici un petit bonus pour mon frère et tous les amateurs de cocktails au rhum en suivant ce lien !

Glace rhum-raisins

50 g de raisins secs environ (ou un peu plus selon les goûts)

25 cl de lait entier

25 cl de crème liquide

100 g de miel (choisissez un miel assez fort : carotte, lavande, châtaigner…)

5 jaunes d’oeufs

35 g de sucre semoule

5 cl de rhum parfumé (ici, rhum agricole J.M)

1 demi-gousse de vanille

1. La veille : faire mariner les raisins secs dans 5 cl de très bon rhum, de préférence 24h avant.

2. Faire chauffer le lait, le miel et la vanille dans une casserole. Faire blanchir les jaunes d’oeufs et le sucre dans un saladier, ajouter la crème. Verser doucement le mélange lait-miel sur le mélange oeufs-sucre en fouettant.

3. Remettre dans la casserole, poser sur feu doux, et cuire la crème « à la nappe » : un doigt passé au milieu de la spatule doit laisser une trace bien nette. Laisser refroidir, puis réserver au réfrigérateur (une nuit de préférence).

4. Le lendemain, sortir la crème du réfrigérateur et laisser prendre dans votre turbine à glace. Lorsque la glace a une consistance onctueuse (en toute fin du programme, car l’alcool empêche la glace de prendre correctement), verser les raisins au rhum. Mettre au congélateur et déguster 24h après si possible, le temps que les parfums se diffusent.

Share Button

3 réflexions sur “Glace rhum-raisins, une glace gorgée de soleil

  1. J’attends d’acheter ma sorbetière Kitchenaid pour me mettre a faire de bonne glace cette été… A coup sur cette recette fera partie de mes coups de cœur.

    Eva de cacroustille.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire