Les goûters chics parisiens #13 : le Park Hyatt

Un goûter au Park Hyatt

C’est un air de – presque – printemps qui flottait sur la terrasse du Park Hyatt cet après-midi. Et c’est en grande pompe que nous avons entamé avec Pascale la saison 2 de nos goûters chics parisiens, pas du tout décidées à mettre un terme à nos escapades gourmandes dans la capitale !

Pier-Marie Le Moigno est le tout jeune chef pâtissier de l’hôtel. Formé auprès de Michel Guérard aux Prés d’Eugénie (tiens, je sens que ça va faire plaisir à Guillaume…) mais aussi Camille Lesecq au Meurice, ce jeune talent s’exprime donc à l’heure du goûter dans un plateau qui célèbre l’enfance.

Les thés à la terrasse du Park Hyatt Vendôme

Nous choisissons donc ce goûter à partager à deux, tel que précisé sur la carte. Et pendant que nous nous réchauffons avec nos thés (oui j’ai dit « presque » printemps hein !), arrive alors une drôle de surprise : le serveur nous amène sur notre table un pupitre d’écolier, en bois, avec son tableau et sa craie pour écrire dessus. Magique, il faut le reconnaître, et qui ne ressemble rien à tout ce que nous avons pu voir ou déguster au cours de l’année précédente.

On a 10 ans !

Un plateau qui invite à la gourmandise, comme des bribes d’une enfance perdue, puis retrouvée, dans des desserts qui fuient le moderne, pour mieux célébrer la simplicité. Je brûle d’envie de m’emparer de la craie et de remplir ce tableau un peu trop vierge pour moi et ce, avant même de déguster nos mignardises – mais nous allons attendre avec Pascale avant de faire nos pitreries, voir à la fin de ce billet. Le décor est donc planté, et le plateau, copieux.

Le plateau d'écolier du Park Hyatt

Je me saisis de mon premier souvenir de pâtisserie d’ado (je les réalisais avec une amie en rentrant de nos cours) : les roses des sables, ici au chocolat au lait. Divines, elles se font douces sur les papilles, traditionnelles à souhait. Et pourtant… Pascale m’indique que le chef utilise du beurre de cacao en lieu et place de la végétaline. Tiens donc… Tradition peut-être, mais en apparence seulement. La mignardise qui nous fait fondre ensuite toutes les deux comme neige au soleil : ce biscuit sablé breton chocolat, en écho aux origines du chef, qui me fait d’ailleurs penser à cette recette de Mercotte. Délicieusement friable, irrésistible.

Le biscuit sablé breton qui nous a fait craquer. - Park Hyatt

Suivent alors – prenez garde, vous ne serez pas trop de deux autour de ce pupitre ! – une brioche aux pralines roses délicate à la mie de dentelle, une mini-tartelette aux framboises si dodues et soyeuses qu’elles invitent presque à la caresse du bout du doigt, et un gâteau fondant aux pommes généreux en vanille, doux comme un gâteau de maman.

Passons aux petites verrines : deux petites salades de fruits rouges au sirop de mangue, fruit de la passion et citron vert, dont le côté acidulé est le bienvenu après le fromage blanc qu’on aura copieusement assaisonné de confiture de lait maison. Epatante encore, la semoule au lait caramel qui me rappelle un peu le goût des oeufs au lait de ma grand-mère. Seule la crème au chocolat, à la vraie texture de ganache, un poil trop dense pour moi, m’a laissée sur un sentiment mitigé.

A n’en pas douter, ce fut un goûter singulier, au doux air d’enfance. Un plateau qui raconte une histoire, remplie des émotions du petit garçon qu’a été Pier-Marie Le Moigno. Et qui trouvera forcément, au travers de l’un ou l’autre des desserts proposés, une résonnance dans votre propre bibliothèque olfactive et gustative.

Ravies, nous n’avons pas manqué de laisser une trace de notre passage dans ces lieux.

13ème goûter chic !

Il faut compter 50 € pour ce goûter à partager à deux, incluant les thés.

Les impressions de Pascale, c’est ici !

Park Hyatt Paris-Vendôme
5 rue de la Paix
Paris
75002
France
Tél. : 01 58 71 12 34
Share Button

7 réflexions au sujet de « Les goûters chics parisiens #13 : le Park Hyatt »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*