Les goûters chics parisiens #18 : La Bauhinia (Shangri-La)

Volutes de crème à la Bauhinia.

Voilà un moment que nous avions délaissé pour cause d’emplois du temps chargés nos goûters chics. Voici donc venu le temps du numéro 18… celui de la maturité ? La Bauhinia donc… mais quel nom exotique que celui-là ! Il s’agit d’un nom emprunté à la fleur du même nom, une sorte d’orchidée qui est même le symbole de la ville de Hong-Kong (tiens donc, ça m’intéresse aussi !).

C’est après avoir su que Philippe Labbé – qui oeuvre à l’Abeille, l’un des restaurants du Shangri-La – était sacré Cuisinier de l’année par le Gault et Millau que nous avons eu très envie de faire connaissance avec le tea-time de cet hôtel, considéré comme la nouvelle génération des hôtels de luxe. Au coeur du lieu – qui fut jadis la résidence du petit-neveu de Napoléon Bonaparte, rien de moins ! -, la Bauhinia où sévit François Perret, le chef pâtissier, à l’heure du goûter.

Installées sous la coupole de verre imposante et incontournable, Pascale et moi devisons tout en nous décidant pour la formule Tea for Two (à 60 euros tout de même, ce qui place ce goûter, à 30 euros par tête, dans la tranche la plus haute de nos tests). Nouveauté de ce goûter : les cupcakes qui varient suivant les saisons et dont on nous propose deux versions dans l’assortiment qui arrive jusqu’à notre table. Ils ont été dans le même temps ou à peu près l’objet de toutes nos attentions.

Le cupcake "île flottante".

Le cupcake « île flottante ».

Difficile de trancher entre celui façon île flottante et celui au kumquat – même si visuellement j’ai préféré le premier – : une texture de base étonnante proche d’un entremets avec un coeur fondant rappelant la crème anglaise pour « l’île flottante », tandis que le moelleux du deuxième se cachait dans la meringue du dessus, dévoilant un parfum de kumquat irrésistible…

Frais comme une rose, un cheesecake au pomelos mignon-tout-plein suit ses copains sucrés, c’est peu dire qu’on lui a fait un sort en deux coups de cuillère…

Une petite barrette croustillante également – calée entre deux scones -, alternant entre le chocolat et le sésame noir, délicate, aérienne, raffinée, bien sentie. Jamais rien rencontré de tel lors d’un goûter chic, la nouveauté renouvelle le genre et c’est tant mieux.

En salé, un jambon Mangalica qui croise mon chemin pour la première fois et dont la seule vision émoustille les papilles. On aurait presque envie de le détailler méthodiquement avec les doigts pour tester son degré de résistance, tant il semble moelleux et fondant. Et il l’est, en effet. Moins extraordinaire mais tout aussi bon, un autre mini-sandwich au saumon pour achever de nous rassasier.

Pour accompagner le tout, un thé bleu au doux parfum de châtaigne (je prends maintenant beaucoup de plaisir à découvrir les thés bleus depuis celui que j’ai découvert chez Mariage Frères et dont je vous avais parlé dans ce billet) : il n ‘y a pas de doute, l’automne est là…

Tout dans le service de ce goûter chic était parfait et nous avons aimé l’attention dont le personnel nous a entourées et la patience avec laquelle il a répondu à nos questions. Un élément sans doute qui jouera et distinguera ces nouveaux hôtels de luxe ? L’avenir le dira. Même si ce goûter fait partie des plus onéreux que nous ayons testé, je le recommanderais sans hésitation. C’est sans doute celui qui symbolise le plus, pour moi, l’essence du « goûter chic » dans Paris.

La coupole de la Bauhinia.

Et maintenant, quel sera notre numéro 19 ?

Les impressions de Pascale sont ici !

La Bauhinia (à l’intérieur du Shangri-La)
10 avenue d’Iéna
75016 Paris
Tea-time de 15h à 17h30
Share Button

3 réflexions au sujet de « Les goûters chics parisiens #18 : La Bauhinia (Shangri-La) »

  1. quel plaisir de te lire. Bon, cette fois, on ne laisse pas passer autant de temps entre nos gouters. C’est drôle car ta photo de coupole a été prise le jour et la mienne la nuit avant de partir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*