Du nouveau dans la bibliothèque de l’oenophile #8 : Le vin c’est pas sorcier, par Ophélie Neiman

vin_pas_sorcier_ophelie_neiman

J’ai délaissé cette rubrique du blog et je m’en veux, parce que ce livre-là, je veux lui faire une place de choix ici. Non seulement parce qu’il est signé Ophélie – et qu’en vrai, c’est la seule capable de me faire rire aux éclats dans un car à propos d’une histoire de pigeons sur son balcon – mais aussi parce qu’il va totalement dans l’idée de la démystification de ce vin rendu si inaccessible par tout un tas de gens et là, j’applaudis.

Quiconque a envie de découvrir le vin s’est un jour retrouvé dans l’une des situations proposées par les chapitres de cet ouvrage : on a tous été dans la peau d’une Juliette (qui organise une soirée), d’un Pacôme (qui apprend la dégustation), d’un Hector (qui participe aux vendanges), d’une Coralie (qui visite les vignobles), ou d’un Paul (qui achète du vin).

Dans ce livre, Ophélie, c’est un peu votre bonne copine, votre « coup de fil à un ami », votre Jiminy Cricket du vin : elle a couvert en 220 pages à peu près toutes les questions que vous pourriez vous poser sur le vin, qu’elles soient d’ordre domestique – enlever les tâches -, techniques – comment faire du rosé ? -, sociales – comment cracher le vin avec élégance ? – ou plus viticoles – la taille de la vigne. Le tout avec un style très décomplexé : on ne s’embarrassera pas de mots compliqués destinés à clouer le bec en soirée ! Oui, vous pourrez parler du « look » de la vigne, oui, vous pourrez dire que le vin pue et développer posément et clairement votre propos ensuite, non, vous ne vous sentirez plus seuls si le lendemain vous souffrez d’une gueule de bois – manuel de survie inside – et non, vous ne mettrez plus d’ail dans vos plats si ce soir vous avez décidé de mettre en valeur vos vins. Et ce que j’ai vraiment apprécié dans ce livre, c’est son côté très synthétique : en une page, maximum deux, le point est traité. Et si vous n’avez pas tout mémorisé d’une seule lecture, on a pensé à vous avec quelques antisèches à la fin du livre. Sympa non ?

Loin des manuels de dégustations et des traités sur le vin qui s’étalent sur des pages entières, voilà un livre efficace, complet et très accessible. Un des traits que je préfère chez Ophélie, c’est sa capacité à se réapproprier des expressions désuètes qui m’enchantent toujours quand elle les emploie. Effectivement, en refermant son livre, on l’entendrait presque à une dégustation, sur un ton enjoué, déclarer que le vin, c’est pas sorcier !

Le vin c’est pas sorcier

Ophélie Neiman, illustrations de Yannis Varoutsikos

19,90€

Edition Marabout

Share Button

2 réflexions sur “Du nouveau dans la bibliothèque de l’oenophile #8 : Le vin c’est pas sorcier, par Ophélie Neiman

  1. MAIS COMME C’EST ADORABLE !!!!
    Merci Stéphanie. J’en rougis face à tant de compliments.
    Mais surtout, tu as saisi absolument ce que je voulais transmettre, le but de ce bouquin. Et ça, tiens, ça m’émeut. J’en profite aussi pour dire que le plaisir du livre repose également, en grande partie même, sur les illustrations de Yannis, qui a fait un boulot incroyable avec un millier de dessins sur les 220 pages, rien que ça !

    • Mea culpa : j’ai omis de parler des illustrations de Yannis qui apportent beaucoup de rythme à la lecture et soulignent le propos décomplexé autour du vin. Un très beau tandem pour un indispensable dans sa bibliothèque ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


* obligatoire