Les Arpents du Soleil, des vignes en Normandie

barrique_arpents_du_soleil

Je me souviens de cette bouteille. Elle avait croisé mon chemin lors d’un pique-nique avec Jeudivin il y a quatre ans, je vous en avais parlé ici. Pierre Guigui nous avait parlé de ce vin en nous disant qu’il provenait de l’unique vigneron de Normandie, et j’ai trouvé la chose tellement étrange que je me suis dit qu’un jour, il faudrait que j’aille voir de quoi il en retournait.

bouteille_jeudivin

La fameuse bouteille immortalisée en 2010 au pique-nique de Jeudivin

Ce fut chose faite ce weekend pascal, nous sommes partis à la rencontre de Gérard Samson et de ses vins au coeur des magnifiques paysages normands. L’étonnement, tout d’abord, de trouver ces quelques hectares de vigne (5, bientôt 6,5 !), perchés au milieu de la colline et entourés de champs de colza.

vigne_arpents_du_soleil

La stupéfaction encore, lorsque nous nous retrouvons face à une coupe de ce sol, calcaire, dans lequel les racines de la vigne viennent puiser leurs forces. Ces sols sont géologiquement proches, nous dit-on, des sols chablisiens, et j’aurai l’occasion de me rendre compte à la dégustation un peu plus tard de l’étonnante salinité qui se dégage des vins blancs par exemple.

sol_arpents_du_soleil

C’est ensuite aussi l’itinéraire d’un homme un peu fou, notaire dans une autre vie, qui a embrassé le vin et sa cause dans un vrai acte de foi, en replantant en 1995 des pieds de vigne à l’endroit même où il en existait au Moyen-Âge : le lieu bénéficie en effet d’un vrai microclimat, et d’une vingtaine de jours de pluie de moins qu’à Caen par exemple. Gérard Samson expérimente, et de ses expériences, en tire sans cesse des leçons. Là-haut dans les cinq hectares se trouvent une grande variété de cépages : le pinot noir côtoie l’auxerrois, le chardonnay, le sauvignon, le muller-thurgau, le pinot gris et quelques autres. Le tout est élevé en agriculture raisonnée, même si le vigneron s’est lancé depuis deux ans dans des essais de biodynamie, toujours pour voir…

vignes_arpents_du_soleil

vigne

La signature du domaine, presque : les vins des Arpents du Soleil sont dans des bouteilles de 50 cl, quantité suffisante pour deux personnes souligne Gérard Samson. Aujourd’hui, c’est 25 à 28 000 bouteilles qui résultent de ces cinq hectares, assez pour faire connaître ces vins aux amateurs curieux. Notre vigneron a choisi un classement par couleur pour mieux distinguer ses cuvées – pourquoi pas ? – ce qui en fait une gamme très lisible et simple d’accès.

Et dans le verre, ça donne quoi ? Je défie les gens, à l’aveugle, de me replacer ces vins en Normandie ! Les pinots gris et auxerrois sont étonnants, marqués par des fleurs blanches ou des fruits jaunes, toujours soulignés par des épices (surtout du poivre) et appelant à manger dans le même temps par leur grande sapidité. Des vins d’apéritif, mais qui ne rougiraient pas à table par leur « répondant culinaire », comme aime à le souligner Gérard Samson. Le pinot noir 2013 encore dans les cuves explose déjà de fruits, je n’aurais pas imaginé trouver une concentration aromatique pareille dans une telle région. Notre vigneron nous avoue que cette cuvée a beaucoup de succès. Moi, le vin qui m’a vraiment attendrie, c’est son « adolescent fragile », sa dernière cuvée de son melon de Bourgogne – qui a raté l’IGP d’ailleurs – qui a fait une fermentation naturelle trop tôt selon ses goûts, et qui pendant plusieurs mois, aurait exprimé un nez vraiment désagréable. Mais aujourd’hui, il commencerait à devenir aimable et à exprimer des choses intéressantes… Tiens tiens… les vins qui sortent un peu de leur voie toute tracée, ça m’interpelle, et nous finissons par le goûter. Un léger dépôt dans le verre mais rien de bien terrifiant… Et c’est celui que je me serais vue siroter en terrasse aux tout premiers jours du printemps, un petit papillon léger, un peu évanescent, mais très très plaisant. Ce melon n’a en tout cas aucun rapport avec ses cousins pinot gris ou auxerrois, et c’est cette différence qui m’a touchée.

Le melon de Bourgogne des Arpents du Soleil

Le melon de Bourgogne des Arpents du Soleil

C’est d’ailleurs avec lui que je suis repartie, et quelques bouteilles d’auxerrois. Gérard Samson nous précise que ses vins peuvent être gardés quelques années en cave : je serais bien tentée d’en oublier une bouteille de chaque, pour voir.

Souhaitons bonne chance à notre vigneron normand pour ses prochaines cuvées (dont son futur vin de paille que j’aimerais bien goûter !) et je ne saurais que trop vous conseiller de vous rendre au domaine si vous passez dans la région : vous y serez reçus avec beaucoup de chaleur et de générosité.

arpents_du_soleil

Share Button

2 réflexions au sujet de « Les Arpents du Soleil, des vignes en Normandie »

  1. Quelle belle découverte!
    Les arpents du Soleil, j’y suis allé aussi, Gerard Samson a fait de son rêve une réalité.
    Plein d’accords a imaginés… le domaine est voisin de la fromagerie du Moulin de Carel.
    Bravo!
    Xavier THURET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*