Un cadeau qui épate : les Ronds de Sorcière!

A l’heure où j’écris cette note, le Monde de Narnia passe à la télé (de l’avantage des billets pré-programmés!). Et le côté onirique du film m’a fait penser – allez savoir les drôles de connexions que fait notre esprit – à Ronds de Sorcière et ses chênes truffiers.

Si vous connaissez un amateur de truffes et si vous avez le budget (car je reconnais que ce n’est pas à la portée de toutes les bourses!), pourquoi ne pas offrir à cette personne un chêne truffier? L’heureux propriétaire – le farfadet – recevra un certificat de propriété mais surtout… au bout de cinq ans, les fruits de la première récolte et ce, pendant environ 25 ans! Et pas de risque de se retrouver sans aucune truffe une année, la récolte étant mutualisée sur la parcelle!

J’aime l’idée de ce présent : un cadeau unique, dont on doit attendre patiemment le produit, à l’instar d’un bon vin par exemple. Et que cette parcelle de chênes soit aussi située quelque part dans le Languedoc Roussillon, dans un endroit tenu secret…

De la gastronomie, un soupçon de mystère et un brin de magie… Rejoindrez-vous la tribu des farfadets pour cette fin d’année?

Et s’il n’en restait qu’une…

(Visuel presse)

… chaque année, je me demande quelle bûche de grand pâtissier j’aurais aimé retrouver sur ma table de Noël. Cette année c’est Lenôtre et Kenzo Takada qui ont déclenché chez moi un vrai coup de coeur avec leur bûche… aux accents japonisants, vous l’aurez compris.

Imaginez des rouleaux de bambous (en pâte d’amande au thé vert) en guise de dessert! 3 parfums dans ces bambous : biscuit moelleux aux amandes, mousse aérienne aux marrons et coeur de meringue pour le premier, dacquoise à la châtaigne et confit d’oranges pour le second et biscuit moelleux à la pâte d’azukis et bavaroise à la vanille bourbon pour le troisième.

Certes, le prix est quelque peu… prohibitif (98 euros) mais quand on aime… Editée à 1000 exemplaires seulement, il va falloir se dépêcher! Je me console en me disant qu’ils auraient fait une drôle de tête à table, puisque personne à part moi n’aime le thé vert!

Et si vous avez eu l’occasion de déguster cette bûche, n’hésitez pas à laisser votre commentaire!

Envie pur luxe : la bougie marrons grillés de chez Diptyque

(Visuel presse)

Si vous suivez mes tribulations en cuisine depuis un moment, cela ne vous aura pas échappé : je suis une inconditionnelle du marron sous toutes ces formes. Subversif dans une petite crème audacieuse, rustique et confit dans le pain ou délicieusement régressif dans un gâteau que l’on se réjouit de déguster à l’heure du goûter, le marron n’en finit plus de me faire tourner la tête!

Alors quand Diptyque sort en édition limitée pour Noël (je ne sais pas pour vous, mais moi, les éditions limitées déclenchent en moi le caprice absolu : il me faut cette petite chose avant que je n’en trouve plus!) une bougie qui sent bon les marrons grillés, c’est l’affolement dans la cuisine du Grumeau! C’est exactement le genre de bougie gourmande que j’ai envie de voir se consumer lentement au-dessus de ma cheminée, dans son joli pot rouge.

Une vraie invitation à se plonger dans l’hiver et cette période pré-Noël que j’affectionne tant!

Les jolis sacs et cabas Barockines

Inauguration d’une nouvelle rubrique sur ce blog à l’approche de Noël : « les jolies envies » car je m’aperçois que ma passion pour la gastronomie contamine petit-à-petit mes autres centres d’intérêt en dehors de la cuisine. Beauté, mode, déco : je reviens souvent à un clin d’oeil gourmand que j’avais envie de partager avec vous!

Une belle rencontre et de là mon premier coup de coeur : les sacs et cabas gourmands de Barockines. Des sacs engagés (en coton bio) et gourmands mais pas que! Les fashionistas y trouveront leur compte aussi avec le motif « Kelly » entre autres. J’ai eu la chance de mettre la main sur un des derniers cabas « religieuse » et je l’ai traîné partout cet été! (notamment au stage Valrhona : pratique pour caser l’appareil photo et deux ou trois autres babioles!)

La collection de sacs de shopping de cet automne est en version noire, mais tout aussi belle. Moi je dis ça, je dis rien, mais Noël, ce n’est plus très très loin…

Merci à Camille pour cette belle découverte!