Pannacotta à l’Antésite, crumble au rapadura et citron pour La Cuisine Des Etoiles #LCDE

Pannacotta à l’Antésite, crumble au rapadura et citron

Depuis le 19 mars, nous participons avec quelques blogueurs à La Cuisine Des Etoiles, soutenue par Europe 1 et ELLE à table et parrainée par Jean-Luc Petitrenaud. Quatre chefs étoilés, deux MOF vous mettent au défi sur Google+ de choisir les ingrédients inattendus qui composeront les plats du dîner du 18 avril lors de la première Nuit Blanche de la Gastronomie. N’hésitez pas à rejoindre Continuer la lecture

Le dessert anti-prise de tête du weekend du 15 août : pannacotta (aux blancs d’oeufs) cardamome-prunes

Il y a des jours où on a moins envie de se fatiguer en cuisine que d’autres. Je n’en perds pas moins le sens de la gourmandise, ni la curiosité de tester de nouveaux procédés culinaires. Tel fut le cas de cette pannacotta. Je croyais avoir fait le tour de la question sur la chose quand un billet de Mercotte le mois dernier m’apprend que cette douceur peut se préparer sans gélatine ni agar-agar. Tiens donc… Aussitôt dit, aussitôt fait, décliné dans mes parfums du moment : cardamome pour sa puissance tout en finesse et les excellentes prunes mi-cuites de chez Marc Peyrey (trouvées et adoptées au Salon Saveurs en mai dernier) que j’ai laissées telles quelles (marre des fruits cuits qui perdent leur texture, pour une fois que je trouve des fruits mi-cuits que je peux déguster sans allergie…). Bref, le dessert à décliner aisément avec ce que l’on a sous la main, bien pratique aussi quand tous les magasins sont fermés pour ce long weekend de l’été.

Cette pannacotta aux blancs d’oeufs est d’une finesse extraordinaire, Marie Claire faisait référence à de la soie, c’est vraiment le mot (je vous invite à consulter son billet pour l’histoire de cette pannacotta, c’est passionnant). Je ne peux que vous encourager à la tester très vite. Pour ma part, cela m’étonnerait fort que je revienne aux anciennes versions maintenant…

L’astuce : et on fait quoi avec les jaunes d’oeufs restants ? Pourquoi pas cette petite crème-là (en divisant les proportions par deux et en gardant les trois jaunes, bien sûr), tant qu’on est dans les crèmes, qui appelle l’automne avec subtilité.

Pannacotta à la cardamome et aux prunes mi-cuites

Pour 5-6 verrines

30 cl de crème fleurette

3 blancs d’oeufs

30g de sucre

Les graines de 3 gousses de cardamome

Quelques prunes mi-cuites (Marc Peyrey) ou des prunes fraîches

1. Préchauffer le four à 110°C chaleur tournante. Verser la crème dans la casserole et au premier frémissement, arrêter le feu et y mettre les graines de cardamome à infuser 10 à 15 minutes. Filtrer et réserver.

2. Dans un saladier, battre légèrement les blancs d’oeufs (ils ne doivent pas monter) avec le sucre, puis incorporer la crème petit-à-petit. Verser le tout dans les verrines/petits pots choisis et mettre au bain-marie (eau chaude) dans le four pendant 45 minutes. Sortir les crèmes quand la surface est figée mais qu’elles restent tremblotantes. Laisser refroidir les crèmes, puis réserver au réfrigérateur.

3. Au moment de servir, couper en deux quelques prunes mi-cuites, et décorer les crèmes. Bon appétit !

Pannacotta au chocolat blanc et sésame noir, de la marmite de Cathy

– Grumeau, c’est quoi ça?
– Heu… une pannacotta pourquoi?
– Elle est grise!!!
– Ah… heu… oui peut-être…
– T’as mis quoi dedans?
– De la pâte de sésame noir… goûte!!!
– Grumeau, t’es pas encore dans une de tes phases de cuisine bizarre?
– Peut-être bien…

La recette, vous pourrez la trouver chez Cathy : j’avais craqué sur sa photo, et – comme par hasard me direz-vous – il me restait de la pâte de sésame noir achetée ici. J’ai juste apporté quelques modifications à la recette… J’ai mis deux feuilles et demi de gélatine au lieu des trois préconisées, j’ai utilisé mon petit pot de pâte de sésame noir au miel, cadeau lors de ma précédente commande (j’avais de la pâte de sésame tout court, mais j’ai eu peur que ce ne soit pas assez sucré par le chocolat blanc), et pas d’affolement si vous n’avez pas de mixeur plongeant : j’ai versé directement les pistoles de chocolat blanc dans le lait bouillant, fouetté vigoureusement pendant cinq minutes jusqu’à ce que le chocolat fonde et que la pâte de sésame noir finisse d’être diluée…

Doux, généreux, et délicieusement japonisant… Une petite pannacotta qui change, tiens…