Ode au plaisir des papilles : le premier gâteau à la rhubarbe de la saison!

Après la période marrons de cet hiver, et la bonne crise chocolatée de Pâques (que je vous ai passée sous silence, j’ai une réputation à tenir non mais!), reviennent avec le soleil les accords délicieusement acidulés qui font chanter les papilles. La rhubarbe est le premier invité de choix sur la liste, par ordre d’apparition dans la saison.

Et si je me suis essayée aux déclinaisons en tarte il y a deux ans, la version gâteau est loin de démériter! J’en connais une qui aime la rhubarbe tout autant que moi, et qui ferait bien de tester la recette très vite avec celle de son jardin!

Comme d’habitude, Saveurs a donc ouvert la voie, et a été le point de départ d’une séance de pâtisserie à quatre mains que j’ai vraiment appréciée. Au menu : fous rires et gourmandise. Par rapport à la recette du magazine, j’ai sciemment allégé le tout en sucre, car je trouve dommage d’écraser cette touche acidulée.

A la case « dégustation », ce gâteau s’en tire haut la main. C’est amusant de constater qu’avec le côté vif de la rhubarbe, la pâte à gâteau a été qualifiée de « légère » par les convives, alors que ce n’était pas du tout une version allégée en beurre! De toute façon, on s’inventerait n’importe quelle excuse pour succomber à un péché de gourmandise pareil, non?

Gâteau à la rhubarbe

Pour 6 personnes

Pour le dessus du gâteau

5 à 6 tiges de rhubarbe (environ 700g)

35g de beurre mou (Saveurs en annonce 70 pour beurrer un moule de 24 cm, à mon avis on en a besoin de largement moins!)

90g de sucre roux

Pour la pâte à gâteau

160g de farine

1 sachet de levure

2 oeufs

120g de sucre

160g de beurre très mou

2 sachets de sucre vanillé

1. Préchauffer le four à 170°C. Laver la rhubarbe et la couper en tronçons (la peler avant de la couper si nécessaire). Ajouter la moitié de sucre roux, remuer et réserver.

2. Beurrer le moule et le saupoudrer avec le reste de sucre roux.

3. Préparer la pâte en mélangeant la farine, le beurre très mou, le sucre, les oeufs et le sucre vanillé. Battre vigoureusement avec un mixeur jusqu’à ce que le mélange devienne un peu blanc et mousseux.

4. Disposer les morceaux de rhubarbe sur le fond du moule en les tassant bien, puis verser la pâte.

5. Enfourner pour une heure et vérifier que le gâteau est bien cuit avant de le démouler sur un plat dès sa sortie du four.

La tarte à la rhubarbe complètement décadente

– Ah c’est comme ça que tu fais la tarte à la rhubarbe, toi?

C’est en ces termes que ma collègue vient de titiller ma curiosité. Elle vient de lire mon blog. Ah, ah! Une autre version? Quelle est sa recette secrète? Je suis preneuse! Je ne demande qu’à tester, surtout que je viens encore de faire une razzia de tiges de rhubarbe dans le jardin de mes parents… Et je dois admettre que ma recette tient plus à l’improvisation-bidouillage du dimanche qu’à un plan de bataille soigneusement élaboré et mûri… Une tarte à base de compote? Mais ça ne se débine pas, tout ça, quand on coupe les parts? Tout réside dans la petite couche de crème au-dessus! me dit ma collègue avec gourmandise… Bon, je suis curieuse : je tente!

Le risque est grand pour moi en cuisine : je fais la recette de la « concurrence » et soumets le résultat au verdict des papilles du chéri. Gare à son avis s’il ne me plaît pas! (oui, je suis très mauvaise perdante…)

– Elle était comment la tienne déjà?

(ouh là, mauvais signe pour ma recette…)

– Tu ne t’en rappelles plus?

– (le chéri diplomatique qui botte en touche…) Ah si, je m’en souviens je crois… En tout cas celle-là, elle est trop bonne!

A voir les paillettes dans ses yeux, je sais qui a gagné le match… Pressée de comprendre pourquoi je ne rallie pas le chéri tout à fait à ma cause pour une fois, je décide d’entamer ma part… et bon, je dois admettre que sur ce coup-là, je m’incline chapeau bas. C’est simple : une fois qu’on a le nez dedans, impossible d’en ressortir. Pour paraphraser un ami, cette tarte est complètement « décadente » : de tels plaisirs ne devraient même pas exister…

Je vous livre la recette telle que ma collègue me l’a donnée, je la remercie encore pour m’avoir livré son petit secret…

Tarte à la rhubarbe complètement décadente

Ingrédients :

1 pâte brisée (ou sablée selon les goûts)

Tiges de rhubarbe (j’en ai utilisé 6 ou 7 ici)

250g de sucre

50g de beurre

1 cs de Maïzena

2 oeufs

1. Préchauffer le four à 180°. Faire cuire la pâte à blanc 5 à 8 minutes.

2. Dans une casserole (peut être fait à l’avance), faire compoter la rhubarbe. Ajouter 150g de sucre et terminer la cuisson. (NB : j’aime conserver l’acidité de la rhubarbe donc je pense que j’ai mis beaucoup moins de sucre, c’est selon les goûts)

3. Travailler en crème 50g de beurre pommade avec 100g de sucre. Incorporer ensuite la Maïzena et les deux oeufs entiers.

4. Verser la compote sur le fond de pâte, puis la crème sur la compote. S’il reste de la pâte crue, déposer des lanières fines de pâte sur le dessus de la tarte pour la décorer.

5. Faire cuire 20 minutes à 180°.

On peut aussi servir cette tarte froide ou légèrement tiède… avec une cuillère de crème fraîche ou battue (froide).

Tarte-soleil à la rhubarbe et nouvel arrivant à la maison !

Tarte à la rhubarbe

A peine revenue d’une (bien trop courte) semaine de vacances, me voilà déjà les bras chargés de rhubarbe prélevée directement dans le jardin de mes parents. Comment exploiter cette rhubarbe et concilier les envies gourmandes du chéri ? Surtout que bon, on revient de vacances, on a très bien mangé (trop ?), donc peut-être qu’une remise à la diète s’impose… Après le verdict sans appel de la balance, ce sera la version rhubarbe en compote, pour des yaourts maison, et peu sucrés (photo bientôt). Mais je ne peux m’empêcher de vous livrer la version Lire la suite

Verrine fête des mères (fraise-rhubarbe-lemon curd)

Verrine "fête des Mères"

Ma mère m’annonce toute fiérotte qu’elle a récupéré pour moi des petites verrines à son travail la veille. Ah… merci maman, mais j’en fais quoi ? Je n’avais pas encore succombé à la mode des verrines mais c’est vrai que celles-là étaient particulièrement jolies… Me voilà donc repartie avec l’objet du délit sous le bras, mais elles ont encore attendu dans leur emballage quelques semaines, dans un coin de la cuisine.

Et puis comme ça, un jour que j’avais décidé de faire autre chose qu’une simple compote avec la rhubarbe que j’avais sous la main, j’ai déballé les verrines qui manquaient de s’étouffer dans leur sac. Un petit assemblage printanier, frais, et acidulé juste comme il faut. Du coup, ma mère m’a réclamé la recette en voyant la photo, elle voulait que je fasse la même chose pour la fête des mères. J’en ai profité pour améliorer la recette en ajoutant une gousse de vanille à la rhubarbe, qui adoucit juste comme il faut la dernière couche pour un meilleur équilibre des saveurs de la verrine.

J’ai tremblé face au verdict familial (j’ai deux juges impitoyables : ma grand-mère et ma cousine !) mais ils se sont tous régalés (je n’ai pas réussi à avoir 4 « bleus » pour mon entrée par contre mais c’est une autre histoire ! On ne va pas commencer ce blog sur un raté !). Je sens que ça promet d’autres épisodes « verrine », cette histoire…

Verrine rhubarbe, lemon curd et fraises

Ingrédients pour 6 petites verrines

300 grammes de rhubarbe (2 belles tiges ou trois petites)
5 morceaux de sucre
1 gousse de vanille

4 citrons bios
150 grammes de sucre
1 cuillère à soupe de maïzena
3 oeufs battus

1 barquette de fraises (250 grammes, de préférence des gariguettes)

1. Préparer la compote de rhubarbe : la couper en morceaux, et la faire compoter doucement avec les morceaux de sucre. Si ça attache, rajouter un filet d’eau en cours de cuisson. Fendre la gousse de vanille et gratter les graines à l’intérieur, faire infuser le tout dans la compote. Réserver.

2. Préparer le lemon curd : zester deux citrons finement (pour la deuxième version j’ai zesté deux citrons verts, ça marche aussi) et récupérer le jus des quatre citrons. Mettre le tout dans une casserole à feu doux avec 150 grammes de sucre et une cuillère à soupe de maïzena. Mélanger. Ajouter ensuite les trois oeufs battus, et laisser épaissir en mélangeant régulièrement à feu moyen au fouet. Le lemon curd est prêt quand il prend la consistance d’une crème épaisse.

3. Montage des verrines : mettre une cuillère de compote de rhubarbe vanillée dans le fond de la verrine, puis une couche de lemon curd. Equeuter les fraises, les couper en deux et les disposer en cercle sur la dernière couche, finir par une fraise entière au centre.

4. Servir bien frais.