Le yaourt qui rêvait d’être un nuage : crème de yaourt de Christophe Felder

Ceci n’est pas un yaourt.

Enfin, presque.

Enfin, si.

Si vous en avez marre des yaourts avec votre yaourtière, mais que vous avez quand même envie de quelque chose qui y ressemble, mais pas trop non plus (les femmes, c’est paradoxal, non? ), alors celui-là est fait pour vous.

Recette issue d’un de mes livres-chouchou, ce yaourt en étonnera plus d’un tant Continuer la lecture

Yaourt rose-géranium : tout en délicatesse

Les belles idées naissent parfois lorsqu’on s’y attend le moins. Comme par exemple au détour d’un goûter parisien chic entre amies où Aurore m’avoue sa passion pour l’Ispahan. En goûtant la crème à la rose de son Saint-Honoré, cela m’a fait penser au pot de gelée de roses faite maison dont je venais d’hériter et dont je ne savais que faire.

Comme par hasard quelques jours plus tard, l’extrait de géranium me faisait de l’oeil lui aussi, lui qui avait fait merveille dans une confiture il y a quelques mois. Avec ses délicates senteurs de rose et de litchi, il allait sûrement faire des étincelles avec ma gelée. Et si on associait le tout dans un yaourt, pour voir?

Parti pris d’entrée : la gelée en ma possession étant assez sucrée, j’ai donc choisi de ne pas sucrer la base du yaourt et de la parfumer avec l’extrait de géranium dilué dans une pointe de purée d’amandes. Si on goûte le yaourt seul, sans gelée, l’impression est assez étrange. Ce yaourt prend tout son sens une fois qu’on a bien remué le yaourt et la gelée ensemble, je le classe donc dans ma catégorie toute personnelle des « yaourts-divins-une-fois-touillés ».

L’association rose/géranium fonctionne parfaitement, puisque ce yaourt frôle l’accord parfait litchi/rose/framboise que l’on retrouve dans l’Ispahan de Pierre Hermé. Un yaourt qui laisse une étonnante sensation de fraîcheur en bouche et dont les notes florales célèbrent le renouveau printanier.

Yaourt rose & géranium

Pour 8 pots

800 ml de lait frais entier

1 cc de purée d’amandes blanche

2 gouttes d’extrait de géranium

1 pot de gelée de roses

1 yaourt nature type Activia

1. Faire bouillir le lait puis le laisser refroidir.

2. Dans un saladier, mélanger la purée d’amandes et l’extrait de géranium. Puis ajouter le yaourt et mélanger.

3. Quand la température du lait passe sous les 45°, le mélanger à la préparation du saladier.

4. Répartir une à deux cuillères à soupe de gelée de roses au fond des pots, et verser la préparation lait + yaourt dessus. Mettre la yaourtière en route et oublier pour 8 heures. Mettre ensuite les pots au réfrigérateur 3 heures environ et déguster vos yaourts bien frais!

Yaourt à la vanille et au sésame noir

Le hasard fait que vous vous retrouvez parfois avec tout un tas de très bons produits réunis en même temps dans vos placards. Ce fut mon cas en cette fin de weekend, et j’ai donc eu envie de les intégrer tous ensemble dans la même recette. Le yaourt à la pâte de sésame d’Anne, quelques jours plus tôt, m’avait déjà décidé sur le sort réservé à ma toute fin de pâte de sésame noir au miel, petit bonus d’une commande passée ici. Du miel d’acacia de chez Gwenaelle (quelle merveille!) fraîchement arrivé dans mes placards, et du lait frais débarqué tout droit de la ferme, sans équivalence dans les environs tant il est crémeux et épais!

J’avais en tête mon yaourt quand j’ai appris que ma tante venait de ramener des gousses de vanille, en direct de Madagascar. Bon, et si on les intégrait au yaourt, tiens, façon invité-surprise? Tant d’authenticité dans les ingrédients rendait presque le yaourt du supermarché artificiel dans la recette mais bon, pas le choix, il est quand même bien indispensable!

Je crois que j’ai bien fait d’associer tout ce petit monde, parce que c’est une des meilleures fournées de yaourts que je n’ai jamais faites. Exotisme et terroir vont des fois très bien ensemble! Et comme je suis la seule amatrice de sésame noir, hé hé… ils seront tous pour moi ceux-là!

Yaourt à la vanille et au sésame noir

Pour 7 pots

800 ml de lait frais entier

1 yaourt au lait entier, type Activia

1 grosse cc de pâte de sésame noir

1 gousse de vanille

2,5 cs de miel d’acacia

1. Faire bouillir le lait avec la gousse de vanille fendue en deux dont on a préalablement gratté les graines. Laisser infuser et refroidir jusqu’à ce que la température passe en-dessous de 45°.

2. Bien mélanger dans un saladier la pâte de sésame noir, le miel et le yaourt. Quand le lait a tiédi, filtrer les gousses de vanille et la peau en surface et mélanger à la préparation sésame-yaourt-miel.

3. Répartir le tout en yaourtière pour 8 heures et mettre les pots au réfrigérateur ensuite pour au moins 4 heures. Déguster!

Quand le safran rencontre la banane et le yaourt : histoire d’une étonnante découverte

Voilà bien longtemps que je n’avais pas enrichi la rubrique yaourts de ce blog. Je fais pourtant très souvent des yaourts, mais aussi très souvent les mêmes (ceux de Laurence Salomon dont parle souvent Mercotte : un Activia, une brique de lait de soja vanillé et voilà de délicieux yaourts au soja à la vanille!). Quand j’ai envie d’un supplément de gourmandise, je dépose un peu de confiture au fond des yaourts. Et c’est à la suite d’une belle rencontre au détour d’un petit marché que ce yaourt est né.

J’ai longtemps tourné autour du stand de ce producteur, lorgnant d’un oeil gourmand ses bocaux multicolores, ses panneaux à la craie qui vantaient les mérites du safran, et ces trois rangées de petits cakes jaune soleil tout devant, au centre, qui invitaient à la dégustation. Déterminée à comprendre le pourquoi du comment du mariage entre le safran et les confitures, j’engage la conversation avec cet homme, qui s’est avéré être un vrai passionné du safran.

Il m’explique alors que le safran est une épice multidimensionnelle, souvent dosée à mauvais escient. Dans certains cas, le safran est un exhausteur de goût (voir sa confiture d’ananas, qui donne l’impression de mordre dans un ananas Victoria des plus mûrs : testée et approuvée dans la cuisine, elle fait merveille en déglaçage d’une côte de porc), dans d’autres, il apporte une note supplémentaire, un relief nouveau au plat. En témoignaient les petits cakes-témoins : trois rangées pour voir comment le safran pouvait être sous-dosé, surdosé, ou dosé de façon équilibrée en pâtisserie. Cette dégustation pédagogique s’est avérée très intéressante et a donné lieu à un débat animé : qui sentait le safran? A partir de quelle rangée? Ah oui, c’est dans ceux-là que le safran est bien dosé?

Il ne m’a pas fallu longtemps pour me laisser embarquer dans son récit : d’ailleurs, tout le monde qui s’était approché du stand par curiosité ou gourmandise a fait de même, l’assistance était littéralement captivée. C’est ce que j’aime dans la cuisine : la magie de ces rencontres, la foi ardente avec laquelle ces producteurs défendent leur produit… et finissent par vous convertir, finalement. Je suis repartie avec deux trésors : la confiture d’ananas et celle à la banane, qui a donc fini en yaourt pour continuer ce mois de janvier ouaté.

Et comme je suis restée sur ma faim quant à la présentation du safran, je compte bien dès les beaux jours aller visiter cette safranière de la Chapelle-Vicomtesse afin d’en apprendre plus sur cette épice. Promis, il y aura un compte-rendu ici. En attendant, une petite recette de yaourt où vous pourrez mettre votre confiture préférée au fond, à défaut de confiture à la banane safranée!

Yaourt à la confiture de banane safranée

Pour 8 pots

1l de lait demi-écrémé bio UHT

1 yaourt nature type Activia

4 cs de lait entier en poudre

2 cs de sucre roux

QS de confiture de banane safranée

1. Dans un saladier, verser le yaourt nature, le sucre et mélanger bien. Rajouter petit-à-petit le
lait en remuant bien. Puis verser le lait en poudre et mélanger à nouveau.

2. Mettre un peu de confiture au fond des pots puis verser délicatement le mélange dans les pots pour ne pas trop mélanger la confiture et le lait.

3. Verser dans les pots, mettre la yaourtière en route (si possible toute la nuit). Mettre au frigo ensuite le matin et déguster le soir
même!

Et si vous avez besoin d’excellents conseils ou d’inspiration pour des yaourts aux parfums raffinés et chics, je vous conseille le dernier livre d’Estérelle, vraiment bluffant!

Le yaourt à la bergamote

Oh là là, qu’il était bon celui-là! (je sais, ceci est loin d’être ma meilleure photo : vivement que j’aille en stage photo hein?) Cela faisait longtemps que je rêvais de faire un yaourt aux accents d’agrumes, mais évidemment impossible, d’après ce que je lisais, de manier citron ou autre sans que le lait tourne dans le yaourt… Et c’est lors de ma session au magasin bio la semaine dernière que je me suis rappelée que cela faisait un bout de temps que je cherchais à mettre la main sur de l’huile essentielle de bergamote. J’avais vu sur les blogs des recettes de brioches et autres (notamment la seule recette de Thuriès que je me sens le courage de réaliser – un craquelin aux amandes -, du coup plus d’excuse pour me défiler maintenant!) et m’étais jurée de trouver ce petit trésor.

Je ne fus qu’à moitié surprise de constater qu’il fallait la débusquer dans le magasin au rayon cosmétique bio. Le vendeur, encore moins assuré que moi quant à l’utilisation alimentaire de la précieuse huile, s’est même donné la peine de passer un coup de téléphone à un de ses collègues compétent en la matière pour finalement me dire que oui, je pouvais l’utiliser dans mes chères pâtisseries, et a même ajouté que la « posologie » était de 2 à 6 gouttes, pas plus, chose que je me suis bien sûr empressée de retenir. En tout cas, cette attention était tellement charmante que je me suis dit que j’y reviendrais bien, dans ce magasin-là. L’après-midi, je me suis empressée de débusquer sur la toile la méthode idéale pour utiliser les huiles essentielles en cuisine. Et voici ce que j’ai appris, notamment sur l’excellent blog de Valérie Cupillard (une véritable mine d’informations sur le sujet!) : toujours dissoudre les quelques gouttes d’huile essentielle dans un corps gras. Et pas de doute : la cuisine avec les huiles essentielles m’ouvre tout un champ de nouvelles possibilités, chic chic chic!

Après une petite fournée-test de muffins bergamote-citrons confits (recette à peaufiner et d’ici peu sur le blog mais je pense que le bureau a bien apprécié l’essai déjà, donc c’est encourageant!), j’ai voulu isoler un peu plus la saveur si particulière de la bergamote dans un yaourt. Pour le fameux corps gras, j’ai donc rajouté une petite cuillère à café de purée d’amandes, et j’avoue que le goût de la bergamote dans le yaourt était au final vraiment fin et délicat. C’est gagné pour la bergamote, elle a remporté sa place dans mes placards… Vivement que je teste d’autres huiles essentielles!

Yaourt à l’huile essentielle de bergamote

Ingrédients

1L de lait frais entier

1 yaourt nature au lait entier

1 pot de lait entier en poudre

1 demi-pot de sucre

1 c.c de purée d’amandes

5 gouttes d’huile essentielle de bergamote

1. Porter à ébullition le lait frais entier puis laisser refroidir jusqu’à 37° (pas de différence de température quand on trempe le doigt dedans si vous n’avez pas de thermo-sonde).

2. Dans un saladier, mélanger la purée d’amande, l’huile essentielle de bergamote puis ajouter le yaourt et le demi-pot de sucre. Bien mélanger le tout. Ajouter le lait refroidi en mélangeant bien.

3. Ajouter le pot de lait entier en poudre, mettre le tout en yaourtière.

4. 8 heures après (le lendemain matin pour moi), mettre au frigo les yaourts obtenus pour au moins 4 heures.