Une douceur crémeuse pour recommencer l’année du bon pied : semoule au lait et abricots moelleux

On est bec sucré par ici, je ne vous apprend rien! J’aime beaucoup le Marie-Claire Idées et notamment ses recettes : simples, faciles et du meilleur effet. Il me restait un peu de semoule de blé dur à utiliser, je me suis naturellement arrêtée sur cette recette que j’ai à peine remaniée à ma façon, en fonction de ce que j’avais sous la main. Pas d’extrait d’amande amère mais de la vanille liquide, pas de miel pour le « topping » mais des abricots secs moelleux délicatement poêlés dans un sirop, arrosés au dernier moment des restes de sirop caramélisé…

L’avantage de cette petite verrine est qu’elle est peu sucrée, donc parfaite pour déculpabiliser tout en se faisant plaisir!

Verrines de semoule au lait et abricots secs moelleux caramélisés

(Proportions pour 4 petites verrines)

30g de semoule de blé dur

25 cl de lait demi-écrémé

20g de sucre roux

Environ 40g d’abricots secs moelleux +QS pour la déco

1 cc de vanille liquide

QS d’amandes effilées

QS de sirop abricot-calisson

1. Couper les abricots en petits morceaux. Porter le lait à ébullition avec le sucre et verser la semoule en pluie dans le lait bouillant. Mélanger bien puis ajouter les morceaux d’abricots, la vanille liquide et poursuivre la cuisson à feu doux jusqu’à ce que la semoule épaississe.

2. Répartir dans des verrines et mettre au frais.

3. Au moment de servir, faire dorer quelques abricots dans le sirop à la poêle puis les répartir sur le dessus des verrines avec un filet de sirop caramélisé. Parsemer d’amandes effilées et déguster!

Faux tiramisu aux framboises de Julie : joyeuse Saint-Valentin à tous!

 

Faux tiramisu aux framboises

Il va falloir que je crée une catégorie spéciale « recettes de mes collègues » dans ce blog, puisqu’il semblerait que je sois partie pour tester la recette favorite de chacune de mes copines du bureau. Après la tarte à la rhubarbe complètement décadente de Pauline, la pastilla aux pigeons de Marianne et les rouleaux de printemps de Pauline, me voilà en train d’expérimenter avec joie la recette de mon ancien binôme qu’elle m’avait confiée il y a déjà trois ans et que je n’avais pas eu l’occasion de mettre en oeuvre. Je l’ai retrouvée soigneusement classée dans mes emails. Et la Saint-Valentin ne pouvait pas m’offrir de plus joli prétexte… (d’accord, les framboises ne sont pas de saison mais c’est l’exception qui confirme la règle !)

A tous les amoureux, très bonne fête !

Faux tiramisu aux framboises de Julie

Pour 6 personnes

16 biscuits à la cuiller (ou mieux : biscuits roses de Reims)

400g de mascarpone

2 oeufs

4 cs de sucre glace

Un soupçon de rhum/cognac/Amaretto (facultatif)

QS de coulis de framboises

QS de framboises fraiches

1. Tremper les biscuits dans le coulis (si ce dernier est trop sucré, rajouter un peu de jus de citron jaune).

2. Séparer les blancs et les jaunes.

3. Battre ensemble les jaunes et le sucre jusqu’à obtention d’un mélange mousseux et presque blanc. Y incorporer ensuite le mascarpone (et l’alcool si l’on souhaite).

4. Battre les blancs en neige et incorporer délicatement les blancs montés au mélange précédent.

5. Monter dans un plat ou en verrine en alternant les couches : biscuits, framboises, appareil. Finir avec quelques framboises pour la décoration ou quelques feuilles de menthe.

Back to basics

Je suis en train de faire le dur apprentissage qu’en cuisine, des fois, tout ne va pas comme on le voudrait. Des difficultés pratiques d’abord, rencontrées sur le terrain… Certains soirs, gaiement, je me lance dans un petit dessert de mon invention, une petite crème douce et crémeuse pour Roméo et moi, et je me pique d’y aller comme ça, à l’aveuglette, prétextant le fait que « c’est facile et basique, une crème, voyons, in-ra-ta-ble! ». Combien de crèmes ai-je vu virer grumeleuses dans mes casseroles, ou de panacottas complètement tremblotantes dans mes verrines…

Ou alors le pain au levain… la bonne affaire! Mais ça, ça fera l’objet d’un autre post dans ce blog, tant le chemin est long jusqu’au pain au levain parfait!

Ou alors des difficultés techniques, notamment depuis l’ouverture de ce blog, que j’avais en projet depuis longtemps pourtant… Pas le temps de me plonger dans la charte graphique, pas le matériel adéquat pour les photos, pas le temps d’écrire tous les posts qui fusent à la vitesse de l’éclair dans ma tête, quand le soir je dois me batailler avec Roméo pour avoir accès à l’ordi-qui-fonctionne…

Alors pour se rassurer, il faut bien revenir aux leçons de celles qui m’ont inspirée, et dont les recettes au demeurant toutes simples à réaliser donnent des résultats extraordinaires qui nous réconfortent avec nos fourneaux. L’agar-agar par exemple, ne m’est plus du tout inconnu maintenant grâce à Cléa. A défaut de réaliser son empilement de framboises comme dans son livre (mais comment a-t-elle réussi à les faire tenir comme ça, même pour le temps d’une photo??? ), j’ai opté pour une version toute simple, avec une petite pistole de chocolat blanc Valrhona. Ces mêmes pistoles font aussi merveille à plusieurs en guise de fleurs sur les bavarois par exemple. Dépaysement et voyage en douceur garantis… La question étant parfois en fin de recette : pourquoi n’y ai-je pas pensé toute seule?

Verrine matcha-chocolat blanc, recette extraite de Agar-agar, secret minceur des japonaises
De Cléa